Huile de palme: le gouvernement fait (presque) marche arrière

Le 18 novembre 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La culture du palmier à huile est productrice de GES et de perte de biodiversité.
La culture du palmier à huile est productrice de GES et de perte de biodiversité.
DR

Après l’avoir adoptée, la veille, les députés ont annulé, vendredi 15 novembre, la prolongation de l’aide fiscale dont bénéficient les agrocarburants à l’huile de palme. Mais le gouvernement et Total n'ont pas dit leur dernier mot.

 

La tentative aura fait long feu. Jeudi 14 novembre, la majorité à l’assemblée nationale avait adopté, avec l’assentiment du gouvernement, un amendement au projet de loi de finances 2020 retardant de 5 ans l’exclusion de l’huile de palme de la liste des agrocarburants détaxés. Il y a tout juste un an, le Parlement avait pourtant fixé cette exclusion à 2021.

Torrents de réactions

Favorable à Total, ce texte, adopté de façon tout à fait régulière, a suscité des torrents de réactions défavorables, aussi bien chez les députés (opposition et majorité confondues) que parmi les ONG.

Interrogé par la convention citoyenne sur le climat, ce vendredi 15 novembre, Nicolas Hulot s’était élevé contre cette mesure susceptible de décrédibiliser le personnel politique, selon l’ancien ministre.

place au sénat

Le gouvernement a finalement reculé. A la demande du premier ministre, les députés ont finalement examiné, vendredi 15 novembre en fin de journée, une nouvelle fois l’amendement déposé par le député (LREM) d’Aix-en-Provence, Mohamed Laqhila, avant de le rejeter, par 58 voix contre 2. Sur ce sujet, la parole est désormais au Sénat. A moins, bien sûr, que l'administration reprenne la main.

Interviewée, ce lundi 18 novembre sur CNews, Emmanuelle Wargon a laissé entendre que le gouvernement pourrait créer un groupe de travail sur les agrocarburants à l'huile de palme. «Ce que dit l'entreprise [Total, ndlr] est qu'elle veut un délai pour adapter ses pratiques. Je crois qu'il faut qu'on regarde avec elle si c'est possible d'acheter de l'huile de palme qui ne déforeste pas», a indiqué la secrétaire d'Etat.