HSBC arrête (presque) de financer les fossiles

Le 23 avril 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
HSBC arrêtera de financer le charbon, sauf là où c'est très rentable.
HSBC arrêtera de financer le charbon, sauf là où c'est très rentable.
Rakusen/UK COAL

La banque britannique ne financera plus le charbon, sauf exceptions.

La banque britannique poursuit son désengagement du charbon. Dans un communiqué mis en ligne en fin de semaine passée, la banque britannique annonce vouloir franchir un nouveau pas en faveur de la transition énergétique.

Basé à Londres, le groupe bancaire va cesser tout financement de centrale au charbon. «Nous reconnaissons le besoin de réduire rapidement les émissions de gaz à effet de serre pour atteindre le but fixé, en 2015, par l’Accord de Paris, pour stabiliser le réchauffement bien en dessous des 2°C», indique Daniel Klier, responsable de la stratégie et de la finance durable de HSBC.

Exceptions asiatiques

Tout cela serait bel et bon si HSBC ne s’autorisait pas quelques exceptions. «Nous arrêtons de financer les centrales à charbon dans tous les pays du monde, à l’exception du Bangladesh, de l’Indonésie et du Vietnam», précise le communiqué.

On peut le comprendre. Le Bangladesh, l’un des pays les plus menacés par les effets du réchauffement, prévoit de mettre en service 7.500 mégawatts (MW) de nouvelles capacités au charbon d’ici 2021. Depuis qu’il a abandonné l’énergie nucléaire, le Vietnam entend plus que doubler sa demande de charbon entre 2020 et 2035. La politique énergétique indonésienne prévoit de sextupler sa consommation de charbon pour produire de l’électricité entre 2011 et 2050.

Contreparties

Bref, il y aura de grosses demandes de financement dans ces trois pays dans les années qui viennent. Pas question pour l’ancienne banque de Hong Kong d’y renoncer.

Aussi, HSBC donne-t-elle le change. En renonçant par exemple à financer le développement des projets pétroliers et gaziers offshore en Arctique. Elle ne misera pas un kopek non plus sur le développement du sable bitumineux.



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus