Hosties: peu de gluten, pas mal d’OGM et un peu plus de traçabilité

Le 10 juillet 2017 par Marine Jobert
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le Vatican ne communique pas sur les hosties AB.
Le Vatican ne communique pas sur les hosties AB.
DR

Le Vatican rappelle que les hosties doivent absolument contenir du froment et réaffirme que les organismes génétiquement modifiés (OGM) sont autorisés pour confectionner le pain azyme. Il invite les évêques du monde entier à être vigilants sur le pedigree de ceux qui leur fournissent le ‘corps du Christ’, par le biais d’une autorité de contrôle nationale.

La traçabilité s’invite dans la sacristie. La très sérieuse Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, chargée de la règle de la liturgie pour le compte de la Curie romaine, vient de publier une lettre aux évêques, consacrée au pain et au vin destinés à l’Eucharistie. Un mélange détonnant de modernisme et de pragmatisme, qui n’a pas manqué d’attirer l’attention.

Pas d’hostie pour les cœliaques

Première question: les hosties peuvent-elles être sans gluten? Un peu, mais pas trop, avait tranché la Congrégation dès 2003. Si le froment est la céréale incontournable, les hosties «qui contiennent la quantité de gluten suffisante pour obtenir la panification» sont tolérées. Mais gare à ceux qui voudraient égayer le pain azyme avec des fruits, du sucre ou du miel: cela «constitue un grave abus».

La Commission européenne a autorisé deux cotons et deux maïs génétiquement modifiées destinés à l’alimentation humaine et animale. Elle a également renouvelé l’autorisation du maïs MON810 pour l’alimentation humaine et animale (mais pas pour la culture, ni pour l’utilisation en tant que pollen). Le tout en dépit des avis négatifs du Parlement et de l’absence d’accord formel du Conseil, relève Inf’OGM.

 

Les prêtres, agents de Monsanto?

Deuxième question: avec ou sans OGM? Dès 2013, la doctrine était claire: «La matière eucharistique préparée avec des organismes génétiquement modifiés peut être considérée une matière valide». Tout en suscitant beaucoup d’espoirs chez les semenciers industriels, les blés GM ne sont pas un succès commercial, loin s’en faut. «Certaines céréales GM, comme le riz et le blé, sont annoncées par les partisans des biotechnologies végétales depuis des lustres sans pour autant avoir dépassé le stade d’essais en champ», rappelait le site Inf’OGM en mars 2016. «Faire avaler des hosties OGM au milliard de catholique sur la planète, transformer les 400.000 prêtres catholiques du monde en agents commerciaux de Monsanto, quel succès pour le lobbying de Monsanto et consorts!, s’étrangle Thierry Jaccaud, le rédacteur en chef du journal l’Ecologiste. Où est donc passé le pape de l’encyclique Laudato Si[1]

Tracer le ‘corps du Christ’ 

«Honnêteté, responsabilité et compétence.» Telles sont les vertus cardinales que doivent respecter ceux qui confectionnent et produisent le vin consacré. Les évêques sont invités à désigner, dans chaque pays, une autorité chargée de garantir «l’authenticité de la matière eucharistique de la part des producteurs, ainsi qu’une distribution et vente qui soient convenables». En France, rappelle une enquête de La Croix, seule la moitié du marché est assuré par les 35 monastères qui produisent encore des hosties. La Pologne, avec ses prix cassés, rafle le reste.

 


[1] En juin 2015, le pape François a publié une encyclique consacrée aux changements climatiques. Voir l’interview accordée au JDLE d’Elena Lasida chargée du pôle Ecologie et Société au sein du service national Famille et Société de la Conférence des évêques de France, pour accompagner la transition des communautés vers une écologie intégrale.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus