Hollande débute l’année sans annonce

Le 05 janvier 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
François Hollande confirme l'ouverture prochaine du chantier de Notre-Dame-des-Landes.
François Hollande confirme l'ouverture prochaine du chantier de Notre-Dame-des-Landes.
Présidence de la République

Le président de la République était l’invité, ce lundi 5 janvier, des journalistes de France Inter. L’occasion pour François Hollande de faire le point sur un certain nombre de dossiers environnementaux.

A commencer par le premier d’entre eux, pour le locataire de l’Elysée: la 21e conférence des parties à la convention de l’ONU sur le changement climatique, la fameuse COP 21. Ce sommet à l’issue duquel doit, en principe, être conclu un nouvel accord sur le changement climatique est le seul événement diplomatique mondial dont la présidence Hollande pourrait se targuer.

Mais pour qu’il soit une réussite, trois conditions devront être remplies, a indiqué le président: que l’accord soit «contraignant» pour ses signataires; qu’il contribue à fixer un prix du carbone; enfin, qu’il fasse émerger des financements innovants. A cet égard, le président français n’a pas craint de manier l’hypocrisie.

Dans un entretien accordé le 4 janvier à RTL, la ministre de l’écologie a dénoncé la hausse des tarifs de la SNCF, dont les billets ont pu augmenter jusqu’à 2,6% le 31 décembre. C’est un «très mauvais signal» a jugé la ministre. Le 29 décembre, la même locataire de l’hôtel de Roquelaure avait pourtant justifié, dans un communiqué, le mouvement tarifaire du transporteur public: «Cette hausse de 2,6% s'avère nécessaire à l'amélioration de la qualité du service offert aux voyageurs, car, en 2014, seule la hausse de la TVA avait été répercutée sur le prix des billets. La SNCF va ainsi pouvoir poursuivre ses investissements en termes de maintenance, sa priorité, ainsi que ses investissements sur le matériel, les systèmes d’information et la relation clients».

François Hollande souhaite, en effet, que tout ou partie de la taxe sur les transactions financières (TTF, dite taxe Tobin) soit affecté au financement du fonds vert climatique. Or la France a beaucoup œuvré, ces derniers mois, pour empêcher une mise en œuvre rapide de la TTF.

Ne réduisant pas «la politique écologique du pays», le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes a de bonnes chances de voir le jour. «Ce projet est lancé depuis des années, il est contesté, il y a des recours. Tant que les recours ne sont pas épuisés, le projet ne peut pas être lancé. Quand les recours seront épuisés, le projet sera lancé», a tonné le président, reprenant les termes d’un entretien accordé le 18 décembre par son Premier ministre Manuel Valls au quotidien Ouest France.

Sur la promesse de fermeture avant 2017 de la centrale nucléaire de Fessenheim, François Hollande a entretenu un certain flou. «Je m'étais engagé, non pas parce que je veux viser Fessenheim en particulier [mais] parce que c'était la plus vieille centrale, a-t-il précisé. Dès lors que la loi sur la transition énergétique, et c'était un de mes engagements, plafonne la production nucléaire, il faut fermer une centrale parce que, en plus, l'usine de Flamanville va ouvrir», a-t-il dit. «Pas forcément Fessenheim», a remarqué un journaliste. «C'est ce que certains disent», a répondu l’ancien premier secrétaire du PS.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus