Hinkley Point: plus cher, plus tard

Le 04 juillet 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Vue de Hinkley Point.
Vue de Hinkley Point.
DR

Les 2 réacteurs nucléaires britanniques seront livrés avec 9 à 15 mois de retard, annonce EDF. Et le prix du chantier continue de grimper, avec un surcoût de 1,8 milliards d’euros, entraînant une chute de la rentabilité d’un projet très discuté Outre-Manche.

1,8 milliard d’euros de surcoût et 15 mois supplémentaires de retard. Le projet d’Hinkley Point continue de plomber EDF, qui table sur un coût total de 22,3 milliards d’euros pour les 2 réacteurs britanniques. Des «surcoûts» justifiés  par «une meilleure appréhension du design, adapté aux demandes des  régulateurs, du volume et du séquencement des travaux sur site et de la mise en place  progressive des contrats  fournisseur», précise l’électricien dans un communiqué.

Parmi les 386 forages que compte effectuer l’Andra dans le cadre des opérations de caractérisation indispensables à l’implantation du centre d’enfouissement des déchets radioactifs Cigéo, 13 d’entre eux impliquent la réalisation systématique d’une étude d’impact. Après avoir soutenu 2 fois le contraire et après le recours de plusieurs associations de protection de l’environnement, c’est que vient d’indiquer l’Autorité environnementale dans un courrier daté du 28 juin (voir ici). Installés depuis maintenant 1 an sur place, les occupants du Bois Lejuc crient victoire et appellent les naturalistes qui seront sollicités pour réaliser les futurs inventaires «à ne pas cautionner la destruction des milieux naturels en s’associant à l’Andra.»

Rentabilité écornée

Les retards de livraison des 2 tranches (de 9 à 15 mois) pourraient faire chuter encore un peu plus le taux de rentabilité du projet, qui passerait des 9% prévus initialement à 8,2%. Des annonces qui ne seront pas pour rassurer Outre-Manche, où la cour des comptes britanniques vient d’aligner le projet, pour cause de montage financier prohibitif pour le contribuable.

Un plan d’action rigoureux pour fin juillet

Le gouvernement français est lui aussi en passe de perdre son flegme. Bruno Le Maire exige que «les causes précises de cette réévaluation, les facteurs de risques du projet HPC et le contenu de la revue du projet soient partagés et analysés au sein du conseil d'administration de l'entreprise», écrit-il dans un communiqué. Le ministre de l’économie demande qu’un «plan d'action rigoureux soit présenté au conseil d'administration d'EDF avant la fin du mois de juillet.» L'Etat assure qu’il veillera à ce que ce plan d'action «permette de conforter le calendrier du projet tel qu'il a été convenu avec les autorités britanniques, de réduire autant que possible l'impact financier de cette réévaluation et d'assurer une maîtrise rigoureuse des risques du projet HPC.»

Une livraison dans 2 ans?

La livraison est toujours prévue pour le mitan de l’année 2019. Une date qui pourra être tenue, assure l’électricien «dès  lors que le design définitif, dont le calendrier est tendu, aura bien été arrêté fin 2018.» Sur place, les travaux débutés en mars 2017 se limitent encore à du terrassement et à des raccordements routiers.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus