Himalaya: l’Inde pollue plus que la Chine

Le 30 juillet 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'Himalaya, le "troisième pôle"
L'Himalaya, le "troisième pôle"

Réticente à réduire ses émissions de gaz à effet de serre, l’Inde pourrait être la première victime de son manque d’engagement. Selon une étude publiée dans Atmospheric Chemistry and Physics, elle serait la principale émettrice du carbone suie qui recouvre l’Himalaya, et qui accélère la fonte de ses glaciers. Or ceux-ci alimentent en eau toute sa partie nord, notamment par le Gange.

Face au réchauffement climatique, l’Himalaya glisse sur une mauvaise pente. En cause, les fortes émissions des pays limitrophes, notamment du carbone suie qui encrasse ses neiges et favorise leur fonte. Dans leur étude de modélisation, des climatologues chinois de l’université de Lanzhou (province du Gansu) ont tenté de déterminer les contributions de chaque région géographique à ce phénomène.

Bilan: le sud de l’Asie, à savoir l’Inde, est responsable de 50% du carbone suie qui parvient à l’Himalaya, dont 33% issu de la biomasse et 17% des énergies fossiles. Les autres 50% se partagent entre l’Asie orientale, à savoir la Chine (19%), l’Asie centrale (4 %), le Moyen-Orient (4%) et l’Afrique subsaharienne (3%). Quant au carbone suie directement produit dans l’Himalaya, il ne représente que 12% des émissions totales.

Des effets sur l’Himalaya et au-delà

Sur l’ensemble des régions himalayennes, il n’y a que sur le plateau nord-est que la Chine parvient en première position, avec 50% du carbone suie qui s’y dépose. Partout ailleurs, c’est l’influence indienne qui domine, en particulier sur la partie sud et centrale, avec jusqu’à 81% de carbone suie. Un peu moins sur le plateau nord-ouest, également soumis aux émissions d’Asie centrale et du Moyen-Orient.

Selon Hailong Wang, co-auteur de l’étude, les dépôts de suie ont un effet «plus important que la présence atmosphérique de suie ou de gaz à effet de serre. Le fort effet de réchauffement de la suie, aussi bien sur la neige que dans l’air, peut changer la circulation d’air sur les plateaux, avec des effets climatiques à plus grande distance».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus