Herta élargit sa charte nutritionnelle en accord collectif

Le 19 février 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Autant de sel, mais plus d'allégés.
Autant de sel, mais plus d'allégés.
DR

Herta est devenue la première entreprise en France à signer un accord collectif dans le cadre du programme national pour l’alimentation (PNA), avec des engagements aussi bien nutritionnels qu’environnementaux, a annoncé le 14 février le ministère en charge de l’agriculture et de l’agroalimentaire.

Mis en place dans le cadre du PNA, «l’objectif du dispositif des accords collectifs est de faire évoluer favorablement la composition nutritionnelle de l’offre alimentaire et la durabilité des modes de production, de transformation et de distribution», explique le ministère sur son site internet. Et ce afin de «créer un effet d’entraînement le plus large possible sur une famille de produits, une partie de secteur ou tout un secteur».

Pour l’instant, «l’effet d’entraînement» est plutôt mince: un seul accord collectif a été signé à ce jour, non par une entreprise, mais par une association [1]. Quant aux chartes prévues par le programme national Nutrition Santé (PNNS), qui ne comptent qu’un volet nutritionnel (sur lequel celui des accords collectifs est calqué), leur bilan est aussi modeste (voir le JDSA).

Bonne nouvelle: la signature, le 14 février, d’un deuxième accord collectif. Cette fois-ci par une entreprise, en l’occurrence Herta (groupe Nestlé), qui s’était déjà fendue, en janvier 2010, d’une charte d’engagement nutritionnel.

Selon Herta, tous les objectifs fixés par cette charte ont été atteints fin 2012, dont une réduction moyenne de 6% de la teneur en sel sur l’ensemble des produits (sauf les soupes), et une baisse de 8% de la teneur en graisses sur les saucisses de la gamme Knacki.

Dans son accord collectif, Herta dit vouloir poursuivre l’effort. Mais d’une manière un peu moins contraignante qu’une reformulation des produits existants: au lieu d’abaisser des teneurs en sel, l’entreprise s’engage à «augmenter sur les prochaines années» le tonnage des produits allégés en sel et en graisses, et ce en lançant d’autres produits de charcuterie similaires d’ici à 2015 (trois allégé en sel, deux en matières grasses).

Evoquant un obstacle technologique, une porte-parole de Herta, interrogée par le JDSA, explique qu’«on ne peut pas aller au-delà d’un certain point en termes de réduction de sel», et ce pour des raisons de sécurité sanitaire -le sel ayant un effet conservateur-, mais aussi de goût des produits. Priorité a donc été donnée à l’atteinte d’un plus grand public, en jouant sur le tonnage de produits allégés.

Dans le texte accompagnant son accord, Herta dit avoir effectué, début 2013, un relevé des teneurs en sel et en graisses auprès de ses concurrents. Bilan pour le sel: «avantage» à Herta pour les jambons de Paris, les saucisses de porc et de volaille, les lardons et bacons, les pâtes à tarte; résultats «équivalents» aux concurrents pour le jambon supérieur; teneur en sel «légèrement supérieure» sur quelques produits (poitrines, ingrédients cuits, croque-monsieur).

 

Des engagements environnementaux

Par sa nature, la réelle nouveauté de l’accord collectif se situe du côté des engagements environnementaux. D’ici 2015, Herta souhaite notamment passer à 70% d’emballages à base de matières recyclées parmi les emballages rigides, et réduire sa consommation en eau (-2% par an et par tonne de produit) et en électricité (-1% par an et par tonne de produit) dans ses usines.

Contactée par le JDSA, la Direction générale de l’alimentation (DGAL), en charge du dossier des accords collectifs, assure que d’autres sont «dans les tuyaux», dont certains seraient «bien aboutis». Quant au projet de pacte «qualité ingrédient» annoncé en juin 2013 pour la fin de l’année, censé assouplir le référentiel des accords collectifs et chartes d’engagement, il semble peiner à voir le jour (voir le JDSA).

 

[1] Une association dont l’engagement nutritionnel est justement la raison d’être: il s’agit de Bleu blanc cœur, regroupement de 5.000 agriculteurs et éleveurs français s’engageant à augmenter la teneur en oméga-3 de leurs produits.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus