Haute mer: une très grande majorité d’Etats favorable aux négociations

Le 24 juillet 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Prochain rdv: la résolution de l'assemblée générale de l'ONU
Prochain rdv: la résolution de l'assemblée générale de l'ONU

Le dernier comité préparatoire onusien visant l’adoption d’un traité de protection de la biodiversité en haute mer s’est conclu, le 21 juillet à New-York, avec l’accord d’une très grande majorité d’Etats pour ouvrir des négociations internationales. La Russie, les Etats-Unis et la Chine s’y opposent toutefois.

«Le résultat du comité préparatoire est positif mais décevant», résume Serge Segura, l’ambassadeur français aux océans. Côté positif, la recommandation du président du comité préparatoire, le Brésilien Carlos Sobral Duarte, a été entérinée par la totalité des pays membres. Le bémol provient de la disparition du texte de deux précisions importantes. Une demande de la Russie, des Etats-Unis et de la Chine. Conclusion: il n’est plus indiqué que les Etats sont d’accord pour ouvrir une conférence intergouvernementale ni que celle-ci doit intervenir si possible en 2018. Deux informations que la France, comme l’Union européenne, auraient voulu voir mentionner. La recommandation se contente donc de rappeler l’étendue des travaux menés par les quatre comités préparatoires depuis leur lancement en mars 2016.

 

Une très grande majorité

«Mais dans les faits, une très grande majorité des pays sont d’accord pour passer à l’étape suivante et souhaitent que l’assemblée générale de l’ONU adopte effectivement une résolution permettant d’ouvrir une conférence intergouvernementale», explique au JDLE Serge Segura. Une position qui sera d’ailleurs indiquée dans le rapport que doit remettre Carlors Duarte à l’AG onusienne, en complément de a recommandation du Comité préparatoire.

 

Russie, Chine et Etats-Unis

Selon l’ambassadeur français, les Russes représentent les principaux opposants à l’ouverture des négociations diplomatiques puisqu’ils estiment qu’il n’existe aucun consensus sur aucune question soulevée par les quatre comités préparatoires. Les Etats-Unis ont également fait part de 12 points de désaccord avec la recommandation initiale du comité préparatoire. Tandis que la Chine s’est désolidarisée du groupe des 77 pour afficher plusieurs oppositions au texte.

 

Avant fin 2017

«Les Russes n’ont pas pour autant les moyens de rassembler un nombre d’Etats suffisant pour faire basculer la résolution de l’ONU en faveur de l’arrêt des négociations», analyse Serge Segura. Il faudrait pour cela une majorité simple des membres de l’AG, soit près d’une centaine d’Etats. «Même l’Islande et le Japon sont favorables au lancement de négociations, car ils sont prêts à faire valoir leur position», rappelle l’ambassadeur français. L’idéal serait que l’AG de l’ONU adopte sa résolution d’ici à la fin de l’année, de façon à programmer le lancement de la conférence internationale sur le budget de l’ONU pour 2018/2019.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus