Hausse du prix du gazole: nouveau micmac avec les transporteurs

Le 17 octobre 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La hausse du prix du gazole sera finalement appliquée aux transporteurs routiers
La hausse du prix du gazole sera finalement appliquée aux transporteurs routiers

A l’issue d’une réunion avec les transporteurs routiers, le secrétaire d’Etat aux transports a déclaré, le 16 octobre, que la hausse du litre de gazole de 4 centimes d’euro leur serait appliquée, au même titre qu'aux automobilistes.

Destinée à compenser la suspension sine die de l’écotaxe, cette mesure «va s’appliquer dès le 1er janvier, dès lors qu’elle aura été votée par le Parlement», dans le cadre d’un amendement au projet de loi de finances 2015, a précisé Alain Vidalies. La hausse de 0,4 € est due à la hausse de la taxe carbone (0,2 € en 2015) et à celle de la taxe sur le gazole (0,2 € en 2015 si le projet de loi de finances 2015 est voté).

Selon le secrétariat d’Etat aux transports, cette mesure génèrera une recette nette de 320 M€ par an. Soit environ un quart des recettes initialement prévues pour l’écotaxe, avant qu’elle ne soit remplacée par le péage de transit et qu’elle ne soit suspendue...

Une solution temporaire?

Cette légère hausse de la taxation sur le gazole enterre-t-elle un peu plus une nouvelle taxation de la circulation des poids lourds sur les routes françaises? «Les discussions continuent avec les transporteurs pour trouver une solution pérenne de financement des infrastructures de transport à échéance du 1er janvier 2016», assure Alain Vidalies. Un point de vue que ne partagent pas forcément les transporteurs. Après la déclaration du ministre des transports, le 16 octobre, la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR) a en effet déclaré que «cette hausse de 4 centimes du gazole, l’an prochain, n’était qu’une piste de travail». «Cela n’a pas été présenté comme une décision. C’est une solution qui était dans l’air et qui paraît simple à mettre en œuvre. Pour autant, nos problèmes de compétitivité restent entiers», a ajouté Nicolas Paulissen, délégué général de la FNTR, à la sortie de la réunion au ministère. Signe du blocage persistant au sein de ce secteur.

Du côté des associations, Matthieu Orphelin, en charge de la fiscalité écologique à la Fondation Nicolas Hulot, déplore un «premier pas qui ne remplace pas l’écotaxe». France Nature Environnement et le réseau Action Climat France ont de leur côté annoncé qu’ils ne participeraient pas à la table ronde dédiée aux transports de la prochaine Conférence environnementale, prévue en novembre.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus