Hausse des accidents graves du travail en 2003

Le 21 avril 2005 par Ludivine Hamy
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
accidents du travail
accidents du travail

La Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés vient de publier les statistiques technologiques des accidents du travail et des maladies professionnelles de l’année 2003.

Selon les chiffres révélés par la Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts), le nombre d'accidents avec arrêt survenus en 2003 (721.227) a reculé de 5,1%, tandis que celui des accidents graves, entraînant une incapacité permanente (48.774), a progressé de 3,8%. De leur côté, les maladies professionnelles indemnisées pour la première fois ont connu une hausse de 10,1% par rapport à 2002. Quant aux accidents de trajet avec arrêt, ils ont régressé de 7,5%.

L'évolution des accidents du travail avec arrêt traduit une baisse de l'indice de fréquence qui passe de 43 accidents avec arrêt pour 1.000 salariés en 2002 à 40,9 en 2003. Selon Katell Lebris de la Cnamts, «ce recul s'explique notamment par une légère baisse du nombre de salariés et par une amélioration des actions de prévention.» Mais ces chiffres masquent une progression du taux de fréquence qui s'établit à 26,9 accidents avec arrêt par million d'heures travaillées. Cette hausse du taux de fréquence concerne plus particulièrement les secteurs des transports, de la communication, des services et du travail temporaire, la principale source d'accidents étant, de loin, la manutention.

En matière de maladies professionnelles, les affections périarticulaires sont les plus fréquentes: avec 23.672 cas reconnus, elles représentent 68% des maladies professionnelles constatées. Quant aux lombalgies, elles sont désormais la troisième cause de maladies professionnelles. Au total, les troubles musculosquelettiques (TMS) représentent les trois quarts des maladies professionnelles reconnues et concernent plus particulièrement les secteurs de l'alimentation et de la sidérurgie. Les affections liées à l'amiante, qui sont le reflet d'expositions anciennes, constituent aussi une part importante du nombre des maladies professionnelles (14%), notamment dans le BTP et la métallurgie.

Enfin, alors que les effectifs salariés ont peu varié, le nombre d'accidents du trajet avec arrêt a sensiblement baissé, passant de 89.592 en 2002 à 82.859 en 2003. La durée moyenne des incapacités temporaires est de 68 jours pour les accidents du trajet contre 50 jours pour les accidents du travail. Parallèlement, le nombre des accidents mortels du trajet est passé de 615 en 2002 à 508 en 2003, soit une baisse de 17,4%. Les activités temporaires et le secteur de l'alimentation sont les plus touchés par ce type d'accidents.

On notera, comme le souligne l'Institut français de l'environnement (Ifen), qu'en 50 ans, la fréquence des accidents du travail a diminué de plus de 60% et celle des accidents mortels de plus des trois quarts. Une partie de cette baisse est due aux évolutions structurelles de la population salariée, de plus en plus concentrée dans les activités de commerce et de service et de moins en moins dans l'industrie. Simultanément, les statistiques révèlent une forte augmentation des maladies professionnelles (plus 20% en moyenne par an sur les cinq dernières années). Une évolution qui s'explique largement par le fait que de 1988 à 1999, le nombre de maladies professionnelles reconnues est passé de 6.000 à 24.000. «De manière générale, les politiques de prévention ont fait prendre conscience aux employeurs des dangers actuels et prévisibles», souligne Katell Lebris.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus