Hausse de la production d’électricité verte en 2018

Le 07 février 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La production hydroélectrique française a fortement progressé en 2018.
La production hydroélectrique française a fortement progressé en 2018.
VLDT

En 2018, les énergies renouvelables ont produit 21% d’électricité de plus qu’en 2017.

 

C’est sans doute l’une des rares bonnes nouvelles à avoir égayé le 20e congrès du Syndicat des énergies renouvelables (SER), qui s’est tenu à Paris les 6 et 7 février. L’an passé, les énergies renouvelables (ENR) françaises ont fourni 21% de plus d’électricité aux consommateurs français qu’en 2017.

Selon la dernière mouture du Panorama de l’électricité renouvelable, centrales hydroélectriques, fermes éoliennes, panneaux photovoltaïques et consorts ont produit 108,7 térawattheures (TWh) en 2018, «couvrant 22,7% de l’électricité consommée». En 2017, les ENR avaient injecté 89 TWh: l’équivalent de 18,4% de la demande.

forte hausse

Cette forte hausse est bien sûr imputable à l’accroissement de la puissance des parcs éolien et photovoltaïque, mais aussi à une très belle année hydraulique. L’année dernière, barrages et centrales au fil de l’eau ont accru leur production annuelle de 14,6 TWh: 1,5 fois la production totale d’électricité d’origine photovoltaïque.

Au total, l’hydraulique a injecté 63,1 TWh en 2018, (contre 48,6 TWh en 2017), devant l’éolien (27,8 TWh, en hausse de 16%) et le solaire (10,2 TWh, en hausse de 9%).

lanterne rouge francilienne

Avec plus de 44% du taux de couverture de la consommation par les ENR, Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes apparaissent comme les régions dont le courant est le plus vert, suivies par la Corse (37%), Provence-Alpes-Côte d’Azur (33%) et le Grand-Est (31%). A contrario, l’Ile-de-France affiche un faible taux de 1,5%, loin derrière l’avant-dernier du peloton, la Normandie (7,5%).

Au 31 décembre dernier, la capacité installée du parc ‘renouvelables’ atteignait 51,1 gigawatts -GW- (+5% en un an), dont la moitié d’hydraulique, 30% d’éolien, 17% de photovoltaïque et 4% de centrales à biomasse.

L’éolien (+1.559 mégawatts -MW) et le photovoltaïque (+873 MWc) ont fourni l’essentiel des capacités raccordées aux réseaux.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus