Hausse de la consommation électrique française en 2008

Le 15 janvier 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Une semaine après trois pics records de consommation d’électricité, le gestionnaire du Réseau de transport d’électricité (RTE) a présenté le bilan électrique français 2008. L’hydraulique, l’éolien et les autres ENR ont assuré une plus grande part de la production.

La consommation française d’électricité a augmenté de 1,2% en 2008, a annoncé le gestionnaire du réseau de transport électrique (RTE) lors de la présentation du bilan électrique français 2008, mercredi 14 janvier. Elle a atteint 486,1 térawattheures (TWh) l’an passé contre 444,5 en 2001.

Un bilan présenté quelques jours après les pics records de consommation d’électricité, battus consécutivement les 5, 6 et 7 janvier derniers. Contrairement à la grande industrie, dont la consommation s’est réduite de 2,6%, celle de la consommation domestique s’est accrue de 3%. «Une hausse (…) accentuée par l’effet des températures de l’année 2008, où il a fait plus froid en moyenne qu’en 2007», indique RTE.

Excepté le 5 janvier 2009, où la France a été «très légèrement exportatrice» d’électricité au moment des pointes à hauteur de 100 mégawatts (MW), elle a été «légèrement importatrice» –1.000 MW– les 6 et 7 janvier et de 300 MW le 8 janvier. Le tout au moment des pointes de consommation de 19 heures. Pour ces 4 journées, l’Hexagone «exportait de l’électricité vers la Grande-Bretagne, l’Italie et la Suisse [et en importait] depuis l’Allemagne, la Belgique et l’Espagne».

Le solde exportateur des échanges d’électricité reste positif, à 46,6 TWh, en retrait de 8,8 TWh par rapport à 2007. A l’exception de 2006, ce solde est en baisse constante depuis 2002, passant de 76 à 46,6 TWh. Côté échanges transfrontaliers, le solde est positif avec tous les pays voisins (Belgique, Espagne, Grande-Bretagne et Suisse) à l’exception de l’Allemagne. Pour ce pays, les importations ont atteint 19 TWh, mais les exportations 6,4 TWh.

La production française d’électricité a augmenté de 0,8% l’an passé pour s’établir à 549,1 TWh. La part de production d’électricité issue des énergies renouvelables (ENR) a connu une forte hausse par rapport à 2007: 37,4 % pour l’éolien (5,6 TWh), 7,4% pour l’hydraulique (68 TWh) et 6,6% pour les autres ENR, principalement la biomasse (4 TWh). La part du nucléaire (418,3 TWh) et des combustibles fossiles (53,2 TWh) a respectivement baissé de 0,1% et 3,3%.

Alors que le débat sur le bilan carbone de l’électricité consommée lors de ces pics a été récemment relancé (1), celui-ci n’est pas mentionné. «La mission de RTE est d’assurer l’équilibre offre/demande quels que soient les moyens de production utilisés, a expliqué Dominique Maillard, président du directoire de RTE. Ce n’est pas à nous de faire le bilan carbone ni de définir sa méthodologie».

Pour 2009, RTE prévoit une hausse de la consommation d’électricité de 1%.

(1) Dans le JDLE «‘Le chauffage électrique est le principal responsable des pics de consommation d’électricité’»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus