Hamon versus Valls: le match écolo

Le 23 janvier 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Benoît Hamon arrive en tête
Benoît Hamon arrive en tête

Désormais favori des primaires de la gauche, Benoît Hamon s’est fraîchement converti à l’écologie. Ce qui n’est pas encore le cas de son adversaire.

 

Les mauvaises habitudes ont la vie dure. L’écologie est certes citée dans les programmes des candidats socialistes, mais elle reste largement absente du débat, comme l’a montré la conférence de presse tenue par Manuel Valls le 3 janvier. En moins d’une minute chrono, l’ancien Premier ministre s’était limité à deux dossiers: «la lutte contre les pesticides et les particules fines», en faisant de la santé environnementale «l’une des grandes causes nationales», et «le changement de politique industrielle à cause de l’urgence climatique». Des compléments sont toutefois apportés sur son site de campagne.

 

Transition énergétique

Benoît Hamon veut «réduire l’énergie nucléaire le plus vite possible», sans préciser l’agenda, tandis que Manuel Valls veut seulement «sécuriser les centrales». Les deux candidats convergent sur l’essor des énergies renouvelables, avec un objectif de 50% en 2025 pour Hamon et 32% en 2030 pour Valls.

La rénovation thermique est l’un des rares sujets où Manuel Valls se montre plus précis, visant le million de logements réhabilités par an, tandis que Benoît Hamon évoque seulement l’accent à porter sur les logements sociaux.

 

Risques sanitaires

Autre différence marquée: le diesel. Le favori des primaires socialistes programme la sortie du gazole en 2025. L’ancien député-maire d’Evry est plus frileux. Il poursuivra seulement la convergence de la fiscalité entre le gazole et l’essence. Côté déplacements, il se contentera de développer les transports en commun.

Même grand écart sur les risques sanitaires. Alors que Benoît Hamon veut interdire les pesticides les plus dangereux, comme le glyphosate, Manuel Valls reste flou, citant «un modèle agricole qui devra répondre aux exigences de la santé environnementale».

 

Recyclage et économie circulaire

En matière de déchets, le député des Yvelines s’avère plus ambitieux que son adversaire, en fixant un objectif de 50% de recyclage en 2022 et en proposant une TVA réduite pour les produits les plus vertueux. Manuel Valls affirme seulement qu’il soutiendra l’économie circulaire, sans dire comment… A noter que l’Union européenne pourrait imposer à tous les Etats membres 65% de recyclage des déchets municipaux en 2030 selon le nouveau paquet dédié à l’économie circulaire, quel que soit le nouveau locataire de l’Elysée…

Quant à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, il sera construit sous une présidence Valls mais sera abandonné par Hamon président. «Il faut arrêter les frais», avait déclaré le député frondeur.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus