Hag-Coffex: pollution aux hydrocarbures

Le 08 novembre 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Une rupture de canalisation dans une entreprise du groupe Kraft Foods a provoqué une fuite d'hydrocarbure dans le Port autonome de Strasbourg.

Le 28 octobre, le Port autonome de Strasbourg a été le théâtre d'une pollution aux hydrocarbures issue du site industriel d'Hag-Coffex (groupe Kraft Foods), qui fait de la torréfaction et de la décaféinisation. Une rupture de canalisation, à l'origine de l'incident, a été difficile à localiser, les pouvoirs publics cherchant dans un premier temps un navire qui aurait dégazé ou qui aurait procédé à un déversement d'huile de vidange. La fuite s'est étendue sur plusieurs heures et représente entre 2 et 4 mètres cubes. Des mesures sont actuellement en cours pour avoir une estimation précise. Dès l'identification de la source de la pollution, l'exploitant a procédé à la fermeture manuelle de la vanne et à l'arrêt de son activité.

Les dispositifs de sécurité de l'entreprise, destinés à limiter l'impact de la rupture de canalisation, n'ont pas fonctionné. L'hydrocarbure en cause, de composition assez visqueuse, alimente la chaudière nécessaire au processus de production. Il aurait dû être confiné dans un bac de retenu grâce à un flotteur, mais il n'a pas obturé la sortie, qui permet de rejoindre le bac des eaux pluviales. «Nous pensons que c'est l'aspect visqueux de l'hydrocarbure qui a mis en défaut le flotteur», explique Pierre Bois, chef de service régional de l'environnement industriel de la Direction régionale de l'industrie, de la recherche et de l'environnement (Drire) d'Alsace. Une thèse que réfute Hag-Coffex. En effet, ce système de sécurité a été mis en oeuvre depuis deux ans et demi, et Hag-Coffex estime que son fournisseur a pris en compte ce type de fluide.

Un arrêté préfectoral d'urgence a prescrit la mise en place de dispositions pour bloquer la pollution, le nettoyage de la canalisation et du site, ainsi qu'un compte rendu sur les causes de l'incident et les mesures prises par l'exploitant pour qu'un tel incident ne se reproduise pas. A noter, qu'il doit comporter des éléments sur l'élimination des déchets issus du nettoyage. «Nous n'avons pas encore pris de décision, mais nous prendrons toutes les mesures correctives nécessaires pour qu'un tel incident ne se reproduise plus», assure Pascal Tanchoux, le porte-parole de l'entreprise. La date de reprise de l'activité n'a pas encore été décidée, mais Hag-Coffex espère que ce sera dans quelques jours, après les résultats des analyses.

Les conséquences de la fuite ont surtout été ressenties par la faune et la flore puisque 122 cygnes ont été mazoutés, mais capturés et nettoyés suffisamment à temps pour être sauvés par le centre ornithologique. La dépollution se termine, le nettoyage des berges demandant plus de temps que le pompage de la nappe. Un procès-verbal a été effectué par la police de l'eau qui l'a transmis au procureur.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus