Guyane: les ONG dénoncent l’insécurité juridique des forages offshore

Le 04 juin 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le patron de Shell France l'a rappelé: le pétrole guyanais ne sera pas raffiné en France.
Le patron de Shell France l'a rappelé: le pétrole guyanais ne sera pas raffiné en France.

Cinq organisations écologistes mettent en garde devant les risques pour l'environnement et dénoncent des manquements à la loi dans la campagne de forages exploratoires au large de la Guyane prévue pour commencer mi-juin.

Dans un communiqué commun, France Nature Environnement, Greenpeace, Oceana, le WWF, Surfrider Europe et l'organisation guyanaise Sepanguy s'étonnent notamment du fait que l'autorisation de procéder à des forages exploratoires ait été accordée à la multinationale Shell alors que le permis d'exploration Rhône-Maritime au large de Marseille n'a pas été renouvelé en avril dernier en raison des risques pour l'environnement.

«Est-ce que cela signifie que les côtes guyanaises comptent moins que les côtes de Provence», s'interroge Nicolas Fournier, coordinateur d'Oceana à Bruxelles, cité dans le communiqué.

Les 5 organisations rappellent également que la campagne va s'ouvrir en pleine insécurité juridique. Elles citent l'avis donné par le Conseil économique, social et environnemental de mars dernier sur la sécurité des plates-formes pétrolières. Celui-ci note que, au sein de l'Union européenne, le projet de règlement est toujours à l'étude alors qu'en France, le comité de révision du Code minier est en stand-by du fait des élections et que le principe du pollueur-payeur ne s'applique toujours pas à cette activité à hauts risques.

Christian Roudgé, responsable de Guyane Nature Environnement relève, lui, que Shell prévoit le recours à la technique dite des boues à l'huile -pour faciliter le forage et gérer les pressions- alors que ce procédé, qui est très polluant, n'est pas conforme au Code de l'environnement. 

La multinationale envisage 4 forages ultra profonds à 150 kilomètres au large de Cayenne, entre 1.800 et 2.500 m de profondeur.

Le président de Shell France, Patrick Roméo, a précisé la semaine dernière que le bateau avec lequel les forages seront effectués au large de la Guyane devrait arriver sur place mi-juin. Le premier des 4 forages prévus entre juin 2012 et juin 2013 visera, selon lui, à évaluer la découverte d'un gisement l'année dernière.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus