Guyane: la fin des décharges autour de l’aéroport?

Le 12 janvier 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La décharge des Maringouins pourrait compenser, à court terme, l'abandon du projet du Galion
La décharge des Maringouins pourrait compenser, à court terme, l'abandon du projet du Galion

Le projet de construction d’une installation de stockage de déchets non dangereux, près de l’aéroport de Cayenne, est remis en cause par le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), soulevant un problème majeur alors que l’actuelle décharge devait fermer ses portes en juin dernier.

 

Dans son rapport publié le 9 janvier, le CGEDD préconise tout simplement d’abandonner le site du Galion, situé à 25 kilomètres de Cayenne, pour la création d’une installation de stockage des déchets non dangereux (ISDND). Cette localisation a un défaut majeur: elle est située à 8 km seulement, à vol d’oiseau, de la piste de l’aéroport Félix Eboué de Cayenne et à 1,7 km de son axe de piste. Au total, elle se trouve sous les trajectoires de 99% des avions atterrissant dans le chef-lieu de la Guyane.

Si le projet a reçu le feu vert du commissaire-enquêteur, il a reçu un avis négatif de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) en raison du risque accru de collision avec une colonie d’urubus noirs (Coragyps atratus), déjà présente sur le site de l’actuelle décharge des Maringouins, à 11 km de l’aéroport de Cayenne. Selon l’Agence européenne de sécurité aérienne (EASA), ce type de risque doit être évité dans un rayon de 13 km autour de tout aéroport. Le risque aviaire est loin d’être anodin: il a déjà fait plus de 300 victimes dans le monde. Dans l’Hexagone, environ 700 collisions sont enregistrées, en moyenne, chaque année entre des oiseaux et des avions. Les espèces les plus touchées sont le faucon crécerelle (Falco tinnunculus), la buse variable (Buteo buteo) et la mouette rieuse (Chroicocephalus ridibundus), selon la DGAC.

La société privée gestionnaire du projet, la CLEG, doit donc totalement revoir sa copie selon le CGEDD. Ce qui n’est pas impossible. Pour l’y aider, les auteurs du rapport imaginent trois solutions à adopter à court, moyen et long terme, pour assurer la continuité du service public de traitement des déchets.

Etendre temporairement la décharge des Maringouins

Compte tenu de l’urgence, il est envisagé d’étendre, à court terme, les capacités de l’actuelle décharge des Maringouins, dont l’exploitation a déjà été prolongée mais qui sera saturée dès mars 2016. Pour que les nouveaux casiers soient disponibles à cette échéance et que le risque d’attrait soit réduit pour les urubus, il est conseillé aux autorités locales d’engager un protocole avec l’Etat, destiné à accélérer le lancement des études et des travaux d’extension. Dans tous les cas, l’extension ne pourra pas aller au-delà de 2018. A partir de cette date, une autre installation devra prendre le relais, alors que la population guyanaise est amenée à doubler dans les 25 ans. Si elle comptait 237.549 habitants en 2011, elle devrait totaliser 574.000 personnes en 2040.

Des sites alternatifs au Galion

Trois sites alternatifs au site du Galion sont ainsi proposés par le rapport du CGEDD, à Montsinéry, Roura et Macouria, dans la grande périphérie de Cayenne. Pour que le dossier avance vite, l’idée est de mettre en place une gouvernance de crise, réunissant au moins une fois par mois tous les services concernés (Direction générale de la prévention des risques, de l’aviation civile, préfecture de région, conseil général, conseil régional, Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement, Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie…).

L’occasion de réduire les déchets à la source

Enfin, le rapport avance l’idée de construire un incinérateur à Kourou, à l’horizon 2025, et surtout de déployer une stratégie d’économie circulaire. «La région pourrait devenir un territoire-pilote, comme l’y invite le projet de loi sur la transition énergétique, en lien avec les éco-organismes et l’Ademe», est-il préconisé.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus