Guerre des déchets entre le 77 et le 94

Le 14 octobre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le président du conseil général de Seine-et-Marne, Vincent Eblé (PS), s'est opposé jeudi 13 octobre dans une lettre adressée à la ministre de l'écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, à la décision d'enfouir à Claye-Souilly une grande partie des déchets provenant de Limeil-Brévannes dans le Val-de-Marne.

Les travaux d'évacuation des déchets de Limeil-Brévannes, qui ont débuté le 5 septembre (voir JDLE) par une phase de tri et d'analyse, devraient être achevés à la fin de l'hiver 2012 et coûteront 14 millions d'euros à l'Etat, avait expliqué Nathalie Kosciusko-Morizet lors d'un déplacement sur le site. Elle n’avait pas exclu lors de cette visite que «des déchets dangereux (comme l’amiante entre autres) puissent être identifiés sur le site».

Jeudi 14, le sénateur Eblé a adressé un courrier à la ministre dans lequel il explique vouloir connaître les raisons qui ont conduit à la décision d’éliminer ces déchets par voie d'enfouissement au centre d’enfouissement technique de Veolia à Claye-Souilly, «décision à laquelle il s'oppose fermement. Des unités d’incinération existent à proximité immédiate du site de Limeil-Brévannes, sur la commune de Créteil notamment», rappelle-t-il.

«Je demande que nous ayons une connaissance précise de la nature de ces déchets dont certains pourraient être toxiques, avant toute décision d’évacuation», poursuit-il, demandant à la ministre de reconsidérer la destination de ces déchets.

 
 
 
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus