Grossesse: les cacahuètes pas si nocives que cela

Le 12 septembre 2012 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le beurre de cacahuète, en revanche...
Le beurre de cacahuète, en revanche...

Consommés pendant la grossesse, les fruits secs à coque ne seraient pas liés à un risque d’asthme chez l’enfant, bien au contraire, selon une grande étude danoise publiée dans le Journal of Allergy of Clinical Immunology.

Selon le dogme actuel, les femmes enceintes devraient éviter de consommer tout fruit sec à coque (cacahuètes, pistaches, noix, …). Ces aliments, qui comptent parmi les allergènes les plus fréquents, sont soupçonnés de sensibiliser l’enfant in utero, favorisant l’asthme et l’eczéma.

Or la controverse n’est pas close, au vu des nombreuses études contradictoires publiées à ce sujet. Certaines n’ont en effet révélé aucun effet particulier sur la santé de l’enfant, et quelques-unes ont même suggéré un bénéfice, en favorisant la tolérance immunitaire de ces aliments. Parmi ces dernières, celle tout juste publiée par l’équipe de Sjurdur Olsen, du Statens Serum Institut de Copenhague.

Menée sur 61.026 grossesses inscrites dans un registre national danois, l’étude révèle un moindre risque d’asthme et de respiration sifflante chez les enfants de 18 mois, lorsque leur mère a consommé des fruits à coque au moins une fois par semaine pendant la grossesse.

L’effet est très marqué pour les noix, avec un risque d’asthme diminué de 25%, de respiration sifflante de 23%. Il l’est un peu moins pour les cacahuètes et les pistaches, certes liées à une baisse du risque d’asthme (-21%), mais sans effet apparent sur la respiration.

Encore plus frappant, l’effet sur l’asthme perdure jusqu’à l’âge de 7 ans, aussi bien en cas d’exposition in utero aux cacahuètes et aux pistaches (-34%) qu’aux noix (-19%). Ces dernières paraissent même liées à un moindre risque de rhinite allergique (-20%).

S’il n’y a, selon les chercheurs, plus de raison réelle de déconseiller les fruits à coque pendant la grossesse, ils ignorent quels nutriments spécifiques seraient responsables de cet effet. Peut-être l’acide linolénique, la vitamine E, le zinc ou le sélénium, tous déjà impliqués dans la prévention des allergies…



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus