Grenelle: les ONG environnementales «globalement rassurées»

Le 04 février 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A l’issue de la réunion du comité de suivi du Grenelle de l’environnement, jeudi 31 janvier au soir, Sébastien Genest, président de la fédération France nature environnement (FNE) a déclaré «être conforté par rapport à la détermination du ministre».

L’accumulation de «décisions contraires à l’esprit du Grenelle» – constructions d’un barrage en Corse, de l’autoroute A65, décret d’utilité publique pour le grand contournement ouest de Strasbourg – fait douter les ONG de la volonté du gouvernement de vouloir appliquer réellement les mesures du Grenelle.
Yannick Jadot, directeur des campagnes de Greenpeace et porte-parole de l’Alliance pour la planète (80 ONG), a rappelé que «le résultat des comités opérationnels sera présenté à ce comité de suivi pour garantir le respect de l’esprit du Grenelle. C’était déjà le cas avant, mais cela a été rappelé de manière forte.» Reste malgré tout les projets d'aménagement du territoire «anti-Grenelle», et pointés du doigt par les militants. «Le Grenelle n’a pas vocation à remettre en cause ces projets, a expliqué Yannick Jadot. Mais il reste une centaine de projets dans les tuyaux, que nous voulons voir révisés.

Jean-Louis Borloo s’est engagé là-dessus.» «Enfin, a conclu le porte-parole de l’Alliance pour la planète, nous demandons aux ministres d’intervenir auprès de la majorité présidentielle pour qu’elle soutienne et respecte le Grenelle. Avec les OGM, le principe de précaution, nous avons l’impression que les députés veulent régler leurs comptes avec l’exécutif sur le dos du Grenelle.»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus