Grenelle: les associations en partie rassurées

Le 21 décembre 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Grenelle
Grenelle

Même si la réunion avec Jean-Louis Borloo le jeudi 20 décembre n’a pas porté sur le fond des dossiers, les ONG se déclarent satisfaites des garanties apportées par le ministre.

Le divorce a finalement été évité. Les ONG, mais aussi les syndicats, étaient de plus en plus agacés par les annonces du gouvernement, très éloignées selon eux des conclusions du Grenelle de fin octobre, sur les OGM, et les transports. A ces tensions s’en est ajoutée une nouvelle hier, avec l’abstention de la France concernant une proposition de directive sur les sols pollués, lors du Conseil Environnement. Pour Alliance pour la planète et France nature environnement (FNE), la France a une nouvelle fois cédé aux lobbies agricoles et industriels.

Jean-Louis Borloo a promis une nouvelle organisation qui devrait permettre d’éviter ce type de situation. Toutes les 6 semaines, les représentants des 5 collèges du Grenelle (ONG, Etat, salariés, employeurs, collectivités, et personnes morales associées) vont se réunir pour étudier les conclusions des 33 comités opérationnels, et vérifier qu’elles collent à l’esprit du Grenelle. La prochaine réunion aura lieu le jeudi 31 décembre. Par ailleurs, un dispositif «pas encore totalement calé», selon Yannick Jadot, porte-parole de l’Alliance, mais qui pourrait prendre la forme d’un système informatique d’alerte, devrait permettre d’éviter de nouvelles crises. «Pour les sols, pollués, si on avait respecté l’esprit du Grenelle, on aurait organisé une concertation pour voir les points de blocage», explique ainsi Arnaud Gossement, porte-parole de FNE.

Pour le ministre, les blocages proviennent principalement de l’administration. «Jean-Louis Borloo a insisté sur le fait que les participants au Grenelle avaient été en état d’apesanteur, et qu’il essayait actuellement de raccrocher les wagons à la locomotive», indique Arnaud Gossement. «Le ministre a été surpris de la résistance qu’il a rencontrée dans l’administration. D’ailleurs, lorsque Nicolas Sarkozy a déclaré, en début de semaine, que la France respecterait scrupuleusement les conclusions du Grenelle, il s’adressait d’abord à l’Etat», précise Yannick Jadot.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus