Grenelle: le gouvernement fait un bilan de parcours

Le 09 octobre 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Alors que les débats en régions viennent de débuter, le site internet dédié au Grenelle a de son côté reçu 35.000 visites depuis le lancement des consultations citoyennes, et environ 5.000 contributions ont été enregistrées. «C'est l'atelier climat qui en recueille le plus», a indiqué la secrétaire d'Etat à l'écologie Nathalie Kosciusko-Morizet le 8 octobre lors d'une rencontre avec des journalistes spécialisés en environnement, soulignant que la «surmédiatisation» de la mesure sur la réduction de la vitesse des véhicules de 10 kilomètres par heure a accentué cet intérêt.

«Certain sujets sont présents dans les contributions et ne l'étaient pas dans le cadre des ateliers, comme le bruit, les ondes électromagnétiques et la pollution lumineuse», a-t-elle ajouté. Elle a par ailleurs insisté sur le fait que la fiscalité environnementale, sujet fortement discuté à l'heure actuelle, ne doit pas être considérée comme une punition. «Les crédits d'impôt qui sont accordés sur les pompes à chaleur, c'est de la fiscalité environnementale!», a-t-elle donné comme exemple.

Lors de la première phase du Grenelle, de nombreuses discussions ont eu lieu pour aboutir aux propositions faites par les 6 groupes de travail et les 2 intergroupes. «Avec Jean-Louis Borloo, nous avons un regret: l'administration ne s'est pas assez exprimée», a toutefois confié Nathalie Kosciusko-Morizet. La dernière réunion publique de la consultation régionale aura lieu le 19 octobre, et la consultation par internet jusqu'au 12 octobre. Quant à la phase finale, elle devrait se tenir avant le 31 octobre, mais aucune date définitive n'a encore été définie.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus