Grenelle: la révolution du bâtiment et du transport est en marche

Le 24 octobre 2007 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
rubon55
rubon55

Eco-redevance, éco-pastille, arrêt du développement autoroutier et aéroportuaire, grand programme d’isolation du bâtiment: le consensus qui s’est dégagé pendant la table ronde du premier groupe de travail sur le climat et l'énergie a satisfait les participants.

«Un nombre de mesures précises ont été actées», a déclaré mercredi après-midi Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie, du développement et de l'aménagement durables à l'issue de la table ronde du premier groupe de travail. Les principales mesures attendues concernaient le bâtiment et les transports.

Un consensus s'est dégagé autour d'un grand plan d'isolation et d'efficacité énergétique dans le bâtiment. Dans le neuf, le chiffre de 50 kilowattheures par mètre carré et par an (kWh/m²/an) a été retenu, et celui de 80 kWh/m²/an pour le bâtiment anciens, avec une échéance fixée à 2010-2012. Une loi de programmation devrait être adoptée à la rentrée 2008 ainsi qu'un grand plan de formation et d'apprentissage dans le bâtiment. Pour les particuliers, «cette révolution dans le bâtiment sera financée par des emprunts écologiques moins chers que l'économie d'énergie», a assuré Jean-Louis Borloo.

Du côté des transports, l'arrêt de l'extension des infrastructures routières et autoroutières devrait être annoncé, un observatoire des transports créé, ainsi qu'un éco-comparateur sur les différents modes de transport. Surtout, une éco-redevance pour les poids lourds sur le réseau routier non concédé et une éco-pastille pour les véhicules particuliers pourraient être lancées à terme. «Il y a cependant une limite communautaire à ce dossier, a nuancé Hervé Cornède, délégué général de la Fédération des entreprises de transport et logistique de France (TLF, adhérente du Medef). Le risque est qu'on crée des distorsions de concurrence entre Etats membres de l'Union européenne à force de vouloir chercher la performance écologique: 95% de ce dossier se joue à Bruxelles. Pour les entreprises de transport, le surcoût d'une éco-redevance est inacceptable.»

Concernant les autres modes de transport, l'accent devrait être mis sur la «régénération» des lignes anciennes pour développer le transport ferroviaire afin qu'il n'y ait plus de camions de transit international sur les grands axes, selon Jean-Louis Borloo. En ville, 1.500 kilomètres de tramway doivent être construits hors Ile-de-France, contre 329 aujourd'hui, soit un programme de 17 milliards d'euros dont 4 seront financés par l'Etat. La baisse de 10 kilomètres par heure (km/h) de la vitesse sur tout le réseau routier, refusée par les parlementaires UMP, n'a pas été retenue.

Les ONG se sont montrées satisfaites des engagements pris. D'autant plus que le Premier ministre François Fillon, en ouverture de la table ronde, a assuré que «les décisions prises lors des tables rondes auraient valeur de décision à l'Assemblée nationale». Certains craignent en effet que Nicolas Sarkozy, lors de son discours de clôture du Grenelle, prononce un discours écrit à l'avance. «Avec 40% de réduction d'émissions de CO2 dans l'habitat et 20% dans le transport, la France s'inscrit dans le facteur 4», a assuré Yannick Jadot, directeur de Greenpeace France.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus