Grenelle en région: une attente de «règles claires»

Le 24 octobre 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Malgré des limites certaines à l’exercice, les consultations en région et sur internet ont prouvé leur intérêt.

Mardi 23 octobre, la conseillère d'Etat Bettina Laville a remis à Jean-Louis Borloo, ministre de l'écologie, de l'aménagement et du développement durables (Medad) et à Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d'Etat à l'écologie, son rapport sur «la transparence des consultations régionales et du forum internet du Grenelle de l'environnement».

Entre 1.000 et 1.500 personnes ont participé à chacun des 18 débats régionaux (1), selon les données du Medad. Sur internet, ce sont 14.259 contributions qui ont été déposées, et 300.000 surfeurs ont rendu visite au site dédié.

Selon le rapport Bettina Laville, «malgré une sur-représentation institutionnelle et une médiation hésitante entre le travail des ateliers et les interventions du public, il m'apparaît que la multiplicité des acteurs des débats, l'esprit de responsabilité des membres des ateliers et la diversité des responsables de la restitution ont bien garanti la transparence de cette consultation que l'on pourrait qualifier de ‘conférence de recherche de convergences'».

Pour la conseillère d'Etat reçue hier par le binôme ministériel, «le problème de cette consultation est qu'elle n'avait aucune hiérarchisation ni prioritisation.» Le rapport note ainsi «que le débat n'a pas vraiment pu se nouer, et que les séances ont plus ressemblé à une succession d'expressions ou d'interrogations qu'à un débat conclusif.»

Autre limite à l'exercice: le temps. «La plupart des participants ont regretté que le temps de la concertation au niveau local n'ait pas été plus important», indique le rapport.

Malgré tout, Bettina Laville a observé un «bouillonnement de la démocratie» et une «attente extraordinaire». Une attente de «règles claires et lisibles» en termes d'écofiscalité et de réglementation qui ressemble pour le moment à un «mille feuilles», une attente de «mesures significatives» et de «plus de gouvernance».

Concernant les idées qui ont émergé lors des conférences régionales, la «surgé», comme la surnomme Libération, préconise la publication d'un «livre blanc des pratiques nouvelles»: «Les intervenants avaient des pratiques extraordinaires dans les domaines de l'éducation à l'environnement, de l'eau, etc., à commencer par les ONG locales», a-t-elle témoigné.

Quant à la consultation internet, Bettina Laville y a noté «une hésitation extraordinaire entre le drastique et le raisonné […]. C'est une interrogation presque intime, très forte, sur la société». La consultation a également été marquée par le fait que les internautes ont davantage réagi en individu que par souci du collectif, et par la «disproportion flagrante entre les réactions, très nombreuses, au débat sur les changements climatiques et les autres».



(1) Annecy-le-Vieux, Arras, Auch, Aurillac, Besançon, Bourges, Brest, Châlons-en-Champagne, Drancy, Epinal, Laval, Le Havre, Mulhouse, Nice, Périgueux, Perpignan, Saint-Denis de la Réunion, Saint-Etienne




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus