Grenelle de la mer: démission à la mission Pêches profondes

Le 02 septembre 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'ancien ministre socialiste Louis Le Pensec a démissionné lundi 31 août de sa présidence de la mission sur la pêche en eaux profondes, jugeant que «le sort de ces pêches est scellé», selon l’AFP.

Nommé lors des tables rondes finales du Grenelle de la mer à la mi-juillet (1), il assurait la présidence de la mission depuis la mi-août. Ses conclusions étaient attendues pour octobre. Dans une lettre au ministre chargé de l’environnement, Louis Le Pensec explique que sa mission «n’a plus lieu d’être». Selon lui, la France a déjà pris sa décision en faveur de l'arrêt des pêches profondes et la défendra devant l'Assemblée générale de l'Onu, les 17 et 18 septembre. Le chalutage en eaux profondes, notamment dans des zones fragiles, met en effet en péril les écosystèmes et la biodiversité.

«A ma connaissance, aucune décision n’a encore été prise», indique Jean-Stéphane Devisse, du WWF. Il dit comprendre «sur le plan humain» cette démission, «comme un signal à l’exécutif pour qu’il n’aille pas trop vite», mais souligne que l’objectif principal demeure «l’arrêt des pêches industrielles en eaux profondes».

«Le cabinet du ministre, qui regrette la démission de Louis Le Pensec, a démenti le fait que la France aurait déjà pris position et il a affirmé que la mission se poursuivrait», indique Christian Garnier de France nature environnement (FNE) qui soutient un encadrement strict de ces pêches et l’arrêt du chalutage en zones sensibles.

(1) Dans le JDLE «Le Grenelle de la mer est sur les rails»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus