Grenelle de l’environnement: une réunion «historique»

Le 22 mai 2007 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
elysee_1
elysee_1

Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et les associations ont fixé ensemble, le 21 mai, la «feuille de route» du «Grenelle de l’environnement» prévu pour octobre 2007. Certains sujets ont néanmoins été écartés.

«Une ambiance constructive sous forme d'échanges». Arnaud Gossement de France Nature environnement (FNE) affiche sa satisfaction. A l'issue de leur rencontre avec Nicolas Sarkozy et Alain Juppé à l'Elysée lundi 21 mai, les 9 associations environnementales (1) reçues à l'Elysée étaient, selon leurs propres termes, «rassurées». Le «Grenelle de l'environnement» aura bien lieu et les associations en seront. Elles seront même considérées comme des partenaires à part entière des négociations. Le nouveau ministre en charge du «Medad» (le ministère de l'Ecologie, du développement et de l'aménagement durables) Alain Juppé a même annoncé hier lors d'un point presse qu'il envisageait d'intégrer les associations dans certaines institutions de l'Etat dont elles sont pour le moment absentes, et de les doter de moyens d'expertise.

Prévu pour la deuxième quinzaine d'octobre, ce Grenelle vise à réunir les collectivités locales, les syndicats, les entreprises et les associations afin de décider de mesures concrètes et d'aboutir à des objectifs précis sur 5 ans. L'action du gouvernement sera ensuite évaluée tous les ans. Car Nicolas Sarkozy, dont le programme environnemental avait reçu de la part des associations pendant la campagne la note de 8,5 sur 20, l'a martelé hier: «Le temps est à l'action».

Cinq groupes de travail seront donc constitués d'ici octobre pour organiser les discussions. Les trois premiers correspondent aux priorités gouvernementales: il s'agit de la lutte contre le réchauffement climatique, la biodiversité (notamment les ressources halieutiques), et la santé environnementale. Le quatrième, dont le thème est «l'aménagement rural» a pour but «d'engager le dialogue avec les agriculteurs» et le cinquième concerne «la gouvernance écologique». Le préfet de la région Provence-Alpes Côte d'Azur (Paca) Christian Frémont, dont la nomination comme directeur de cabinet d'Alain Juppé sera officialisée dans les prochains jours, et Edouard Philippe, seront chargés dans les prochains mois de créer ces groupes et de coordonner leur travail.

Egalement présent hier, Nicolas Hulot, auteur du Pacte écologique qu'a signé Nicolas Sarkozy et ex-conseiller de Jacques Chirac a, quant à lui, parlé de discussions «historiques, cordiales et sans tabou». Sans tabou, à quelques exceptions près, notons-le. Car les sujets qui fâchent ne semblent pas tous bienvenus dans ces négociations. En effet, si Alain Juppé, envisageant des «discussions difficiles», a évoqué hier sa volonté «d'inciter les agriculteurs à changer de méthodes», certaines questions ne méritent même pas, à son sens, d'être débattues. Tel est le cas de la culture en plein champ des organismes génétiquement modifiés (OGM) à laquelle s'opposent la plupart des associations. Tel est le cas de la création ou non de nouvelles autoroutes.

Et surtout de la question du nucléaire. Le réseau Sortir du nucléaire, qui revendique plus de 760 associations et qui s'est mobilisé ces derniers mois contre la construction en cours de l'EPR, le réacteur de troisième génération à Flamanville dans la Manche, n'avait d'ailleurs pas été convié à l'Elysée. Depuis sa nomination, Alain Juppé a répété sa conviction que la France ne saurait se passer du nucléaire pour les trois à quatre prochaines décennies. Daniel Richard, du WWF, a néanmoins souligné au terme des discussions que le gouvernement «s'était engagé à ne pas prendre de décisions contraires à nos requêtes d'ici les prochaines discussions et la convocation du Grenelle». Le prochain point d'étape est prévu aux alentours du 14 juillet.



(1) Les associations présentes: World wild fund for nature (WWF), Greenpeace, les Amis de la terre, la Fondation Nicolas Hulot, la Ligue de protection des oiseaux (LPO), le réseau Action climat (RAC), France Nature environnement (FNE) et la ligue ROC pour la préservation de la faune sauvage et la défense des non-chasseurs




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus