Grenelle: 850.000 logements sociaux à rénover thermiquement

Le 13 février 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le comité opérationnel –l'un des 34 issus du Grenelle de l'environnement– chargé des logements sociaux et de la rénovation urbaine peaufine son rapport d'étape sur les logements sociaux les moins performants, selon Le Moniteur.

Le périodique spécialiste du bâtiment donne quelques pistes sur les principaux défis de cette rénovation. Le parc de logements sociaux est loin d'être performant énergétiquement: sur les 850.000 étudiés, 100.000 sont en classe G, 150.000 en F et le reste en E, soit les trois derniers niveaux sur l'échelle de la performance énergétique.

L'objectif du comité, piloté par Philippe Van de Maele, directeur général de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), est de faire passer ces logements en classe C, soit une consommation comprise entre 91 et 150 kilowattheures par mètre carré et par an. Coût de l'opération: une moyenne de 12.500 euros par logement pour une économie en fin de programme de 7 térawatts par heure et par an.

L'opération promet d'être complexe car les entités concernées par la rénovation sont nombreuses. 450.000 de ces logements sont reliés à des réseaux de chaleur soit du bailleur, soit d'une ville, ce qui suppose un réexamen des contrats.

Plusieurs pistes ont été avancées pour le financement des travaux: la participation de l'Etat et des collectivités locales, voire des partenariats public-privé, ainsi que les bailleurs sociaux, soit en empruntant, soit sur leurs fonds propres.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus