Greenpeace saisit du bois illégal dans le port de Caen

Le 08 janvier 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La "brigade de vérification du bois" en action
La "brigade de vérification du bois" en action

Quinze militants de Greenpeace ont saisi une cargaison de bois illégal, ce 8 janvier, dans le port de Caen et ont porté plainte contre X pour qu’une enquête soit ouverte à la gendarmerie.

Il est 8h30, ce 8 janvier, lorsque les militants de Greenpeace identifient, dans le port de Caen, une cargaison de bois illégal en provenance de République démocratique du Congo (RDC). Habillés d’une combinaison verte, marquée du logo «BVB» pour «Brigade de vérification du bois», 15 militants ont aussitôt saisi une grume d’environ 7,5 mètres de long et l’ont placée sur la remorque d’un camion, après avoir peint en rouge la mention «Bois illégal». Elle forme désormais une pièce à conviction.

 

Des moyens de contrôle supplémentaires…

 

Ce bois, vendu en RDC par la compagnie Sicobois, a été importé par la société française Peltier Bois. «Ce bois est illégal. Nous avons tous les éléments pour le prouver», explique Frédéric Amiel, chargé de campagne Forêts pour l’association. Greenpeace demande notamment que le projet de loi d’avenir sur l’agriculture, l’alimentation et la forêt, actuellement en discussion à l’Assemblée nationale, soit amélioré. «Il est imprécis sur le régime des sanctions et ne donne pas de moyens de contrôle supplémentaires pour lutter contre le trafic de bois», note Frédéric Amiel.

 

Un règlement européen, entré en vigueur le 3 mars dernier, oblige tout importateur de l’UE à s’assurer, par tous les moyens possibles, que le bois récolté est légal. Contrairement à l’Allemagne, qui a déjà procédé le 27 novembre dernier à une saisie de bois illégal stocké sur son territoire, la France n’a encore réalisé aucune action de ce genre.

 

Les infractions à la réglementation sont pourtant monnaie courante dans le commerce mondial du bois. De 20 à 40% des volumes vendus seraient illégaux, selon Greenpeace: non-paiement des taxes, dépassement des quotas de coupe, essences protégées, non-respect des droits des communautés forestières, etc.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus