Greenpeace en guerre contre les papetiers indonésiens

Le 07 juillet 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Greenpeace a publié le 7 juillet un rapport qui accable la société indonésienne « Asia Pulp and Paper » (APP), branche Papier de Sinar Mas (producteur d’huile de palme). La société serait responsable de la destruction de forêts tropicales à grande échelle sur l’île de Sumatra pour fabriquer du papier. La matière première étant ensuite vendue à des groupes internationaux, qui parfois ignorent les pratiques de leur fournisseur.

« La destruction massive des forêts tropicales et tourbières en Indonésie représente le quart des émissions de gaz à effet de serre liées à la déforestation[1] dans le monde », avance Greenpeace dans le résumé du rapport. Les responsables ? Les industries de l’huile de palme et de la pâte à papier, régulièrement fustigées par les ONG pour le pillage illégal des forêts naturelles auquel elles se livrent. « Pour accroître la productivité, des forêts naturelles sont rasées pour faire place à des plantations d’acacias, qui sont exploitées pour produire de la pâte à papier », souligne l’association. Cette méthode entraîne perte de la biodiversité (comme l’orang-outan et le tigre de Sumatra) et de nombreux conflits sociaux.

En réponse à ces accusations, APP a publiquement fait part de son choix d’aller vers plus de durabilité. Pour autant, le nouveau rapport de Greenpeace montre qu’APP ne cesse d’acquérir de nouvelles concessions et de détruire les forêts tropicales et les tourbières dans le but d’alimenter ses deux usines à papier de Sumatra. L’objectif du groupe serait de multiplier par 7 sa capacité de production de pâte à papier en Indonésie.

Greenpeace encourage donc les multinationales à ne plus acheter de pâte à papier chez les sociétés montrées du doigt. L’organisation écologiste appelle aussi le gouvernement indonésien à protéger de manière efficace ses forêts tropicales et tourbières.

En attendant, l'association accroît la pression. Depuis deux ans, les campagnes de sensibilisation, menées par l’organisation, n’ont pas été vaines : « Un grand nombre de multinationales fabriquant des produits de grande consommation, telles que Unilever, Kraft, Nestlé ou encore certaines branches de Carrefour ont résilié des contrats d’approvisionnement en huile de palme de plusieurs millions de dollars avec le groupe Sinar Mas » se félicite Greenpeace. Les autres suivront-elles ?



[1] En Indonésie, les émissions liées à la déforestation (destruction des tourbières comprise) s’élevaient à 1,88 Gt de CO2, en 2005. 0,36 Gt proviennent de tourbières ayant été classées à usage non commercial.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus