Greenpeace déçu par les candidats aux municipales

Le 06 mars 2008 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
240 candidats au scrutin des 9 et 16 mars dans les 40 plus grandes villes françaises ont récemment été interpellés par Greenpeace (1). Moins de la moitié ont répondu au questionnaire de l’ONG sur la teneur de leur programme environnemental. «Comment interpréter ce silence assourdissant?, se demande dans un communiqué du 3 mars la porte-parole Cécile Zieglé. Est-ce de l’indifférence aux enjeux écologiques? Ou bien ces candidats se contentent-ils de communiquer sur le dos de l’environnement et dès que l’on aborde des engagements concrets, il n’y a plus grand monde?»


Globalement, ce sont les Verts qui s’en sortent le mieux ainsi que les listes de rassemblement de la gauche auxquels les Verts participent: ils ont répondu et leurs réponses ont globalement satisfait l’ONG. En revanche, de nombreux candidats socialistes qui n’ont pas conclu d’alliance avant le premier tour n’ont pas pris le temps de répondre à l’ONG (Nancy, Tours), à l’exception de Bertrand Delanoë à Paris qui se voit attribuer un «bravo» pour son programme. L’UMP est le plus mauvais élève avec 13 candidats sur 60 qui ont répondu à Greenpeace. Parmi eux, Alain Juppé (Bordeaux) et Gilles de Robien (Amiens), Pierre Albertini (Rouen) et Stéphane Braconnier (Poitiers) ont obtenu un bravo.


(1) Voir l’article du JDLE «Les ONG à l’assaut des municipales»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus