Green goal: l’autre match de coupe du monde

Le 09 juin 2006 par Laure Pollez
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Ces prochains jours, en Allemagne, certains courront après la coupe du monde de football. D’autres poursuivront une palme d’un genre différent: le comité d’organisation revendique le titre de coupe du monde la plus verte de l’histoire. Nom de l’opération «Green goal».

La coupe du monde 2006 sera-t-elle la première édition «climatiquement neutre»? Le comité organisateur veut relever le défi. Dans cette aventure, le coach, c'est le Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue) qui a signé un accord avec le comité d'organisation en septembre 2005. Et le conseiller sportif est l'Öko-Institut de Fribourg, un institut d'écologie appliquée reconnu qui apporte son expertise.

Le plan de match est clair, articulé en 4 axes: l'énergie, les transports, les déchets et l'eau. Au chapitre énergie: ampoules basse consommation dans les stades et systèmes d'aération plutôt que climatisation dans la moitié des installations. La totalité de la consommation électrique, évaluée à 13 millions de kilowattheures, sera couverte par des énergies renouvelables (certains stades ne pouvant être alimentés ainsi directement, l'équivalent de leur consommation sera réinjecté ailleurs dans la consommation électrique allemande du semestre). Les stades de Kaiserlauter et Gelsenkirchen portent des capteurs solaires photovoltaïques, tout comme le centre de presse de Dortmund.

Côté transport, les billets d'entrée des matchs pourront faire office, le jour dit, de titres de transport dans les villes d'accueil. Objectif: que la moitié des spectateurs, au moins, empruntent les transports en commun. Les journalistes se verront, quant à eux, délivrer un pass pour l'utilisation gratuite des chemins de fer.

Concernant les déchets, les stades seront équipés de systèmes de consigne pour les bouteilles et de tri sélectif. Dans un souci de réduction des rebuts, le centre de diffusion international de Munich, qui accueillera temporairement toutes les télévisions du monde, a été construit en bois, réutilisable ensuite pour d'autres constructions.

Pour l'eau, enfin, les pluies seront récoltées pour l'arrosage des terrains et les sanitaires dans de grandes citernes à l'abord de certains stades. Et des revêtements perméables ont été prévus pour les parkings et sols afin de permettre les écoulements.

Mais le point le plus remarquable de l'opération est certainement la compensation des émissions de CO2 (évaluées à 100.000 tonnes) par le financement de projets de développement propre. La Fédération allemande de football, la Fédération internationale de football association (Fifa) et des sponsors industriels ont promis 1,3 million d'euros pour se racheter une virginité climatique. Un système de chauffage au biogaz a par exemple été financé à Tamil Nadu, dans le sud de l'Inde.

Certains cartons jaunes ont cependant été émis. Notamment à propos de la neutralité climatique affichée, dont la définition est très étriquée. Seules les émissions de gaz à effet de serre générées en Allemagne sont prises en compte. Ce calcul exclut les nombreux avions qui vont balayer le ciel pour transporter supporters, joueurs et journalistes. En fait, la note climatique serait trois fois plus élevée.

«Cette coupe du monde ne sera certainement pas climatiquement neutre», explique Henning Wilts, chercheuse de l'institut Wupperthal, «les objectifs auraient pu être plus ambitieux, sans les réticences des sponsors. Mais c'est malgré tout un bon et important projet». Elle regrette quand même le manque de communication sur ces enjeux auprès du public: «La coupe du monde aurait pu être l'opportunité de sensibiliser un public généralement peu atteint par la communication environnementale habituelle».

Cette coupe du monde serait donc plutôt un ballon d'essai, une première pour le football, alors que les Jeux olympiques sont habitués à ce genre de démarche. «Ce programme est une première, mais ce n'est qu'un début» précise Klaus Töpfer, ancien directeur du Pnue et ambassadeur du projet. Un bilan sera publié avant la fin de l'année, avec des idées pour les suivants. Ainsi, le match est ouvert.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus