GRDF va tester son Gazpar

Le 21 novembre 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
11 millions de compteurs seront installés d'ici à 2022.
11 millions de compteurs seront installés d'ici à 2022.
DR

Le gaz, c’est plus long que l’électricité. Trois ans après qu’ERDF ait testé le compteur communicant Linky, GRDF va faire de même avec son boîtier. Dans un communiqué, publié jeudi 21 novembre, le distributeur annonce le démarrage de la phase d’essai de son compteur «intelligent», baptisé Gazpar.

Pour ce faire, la filiale de GDF Suez a sélectionné 24 villes de Haute-Normandie, Bretagne, d’Île-de-France et de Rhône-Alpes. Pas moins de 150.000 compteurs seront installés, dès le début 2016, dans des cités aussi diverses que Le Havre, Saint-Brieuc, Puteaux ou Lyon.

GRDF prévoit de tester ses nouveaux compteurs une année durant, avant d’engager un déploiement national (11 millions d’appareils), entre 2017 et 2022.

Comme son cousin électrique, Gazpar est un compteur électronique équipé d’un système de télécommunication. Cette double spécificité permet à GRDF d’effectuer des télérelevés de consommation quotidiens. Les clients pourront être ainsi facturés par leurs fournisseurs non plus sur la base d’estimation mais sur des volumes réellement consommés.

Le montant total du devis de la généralisation de Gazpar est estimé à 1 milliard d’euros. L’investissement sera répercuté sur les factures des consommateurs, via les tarifs de distribution. Au total, estime l’entreprise, le surcoût devrait s’élever entre 2 et 3 euros par an pour chaque foyer.

A moins, bien sûr, que les Français ne réduisent d’au moins 0,3% leur consommation. Auquel cas, l’opération sera blanche.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus