Grave incident nucléaire à Hanford

Le 10 mai 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le site nucléaire de Hanford s'étale sur plus de 1.500 km2.
Le site nucléaire de Hanford s'étale sur plus de 1.500 km2.
DR

Un tunnel contenant des «substances contaminées» s’est effondré sur le site le plus radioactif des Etats-Unis.

C’est un incident inhabituel qui s’est déroulé, mardi 9 mai, sur le site de Hanford. Un ancien tunnel, construit en bois et en béton, s’est effondré sur plusieurs mètres. Ce trou a la mauvaise idée de se trouver à proximité d’un ancien bâtiment abritant une installation Purex, où le plutonium était séparé des combustibles nucléaires. Et nul ne sait vraiment ce qui a été enfoui dans ce tunnel, ni si des particules radioactives ont été mises en suspension lors de l’incident.

5.000 liquidateurs

«Les tunnels contiennent des substances contaminées», a toutefois indiqué le département à l’énergie (DOE), dans un communiqué. Par précaution, le DOE, propriétaire du site, a ordonné aux 5.000 techniciens présents de se confiner, d’éteindre les systèmes de climatisation et de ne plus boire ni manger. Les opérateurs non indispensables ont été priés de rester chez eux.

Dans les steppes

Russie et peut-être Chine mises à part, il n’existe pas de site comparable à celui de Hanford. S’étendant sur 1500 kilomètres carrés, dans les steppes du centre de l’Etat de Washington, ce complexe nucléaire est intrinsèquement lié à l’histoire du programme nucléaire militaire des Etats-Unis. C’est dans ce site jalonné de laboratoires, d’usines, de réacteurs, de centres d’essai et de dépôts de déchets que les ingénieurs et les physiciens produisirent les matières fissiles qui équipèrent les armes nucléaires de l’arsenal de l’Oncle Sam, entre 1943 et 1987. Au plus fort du programme Manhattan (1943-1945), jusqu’à 50.000 personnes travaillèrent à la production de plutonium et à l’assemblage de bombes nucléaires.

Terrible bilan environnemental

Lors de sa fermeture, en 1989, le bilan environnemental est catastrophique. Des centaines de km2 sont contaminés. Des milliers de tonnes de combustibles usés, de plutonium, sont entreposées sans précaution près de la rivière Columbia. Des déchets radioactifs, solides et liquides, sont stockés dans des milliers de futs, dont beaucoup laissent fuir leur contenu. Les nappes phréatiques sont polluées sur plus de 250 km2. Etabli en 2014, le coût total du démantèlement des installations et de la décontamination devrait dépasser les 100 milliards de dollars (92 Md€), en une quarantaine d’années.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus