- 

Grave accident chimique en Inde

Le 07 mai 2020 par Volodia Opritchnik
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les cuves de styrène de l'usine LG Polymers de Visakhapatnam.
Les cuves de styrène de l'usine LG Polymers de Visakhapatnam.
DR

Une fuite accidentelle de styrène a tué une dizaine de personnes dans une ville industrielle de l’Andhra Pradesh.

L’Inde n’avait pas besoin de cela. Alors que la plus grande démocratie du monde entame, dans la confusion, le déconfinement de sa population, l’Etat de l’Andhra Pradesh subit un grave accident chimique.

Dans les premières heures de jeudi 7 mai, une importante fuite de styrène s’est produite à proximité de Visakhapatnam, importante ville industrielle et portuaire, située sur le golfe du Bengale (est). Selon les premières constatations du centre pour la science et l’environnement (CSE, une ONG environnementale), l’accident s’est produit au sein de l’usine LG Polymers, filiale de LG Group, un chaebol sud-coréen.

pas de personnel de surveillance

Du fait du confinement, l’installation a, semble-t-il, été laissée sans surveillance plusieurs semaines durant. D’une contenance de 5.000 tonnes, la cuve dans laquelle était stocké le styrène, une base servant à la fabrication de nombreux produits (polystyrène expansé) est montée en température. Ce réchauffement a probablement provoqué une augmentation de la pression interne, endommageant la robinetterie. Des médias indiens et sud-coréens indiquent qu’un début d’incendie a été maîtrisé avant que la fuite ne soit détectée.

Toxique pour l’homme et l’environnement, le styrène se présente, habituellement, sous la forme d’un liquide huileux. Il s’évapore dans l’air à mesure de son étalement au sol. Il est réputé dangereux pour l’homme lorsque sa concentration dans l’air dépasse les 1.000 ppm.

11 victimes

S’étendant sur 300 hectares, le site industriel de LG Polymers jouxte plusieurs villages et une zone résidentielle. Selon une estimation réalisée par le CSE, plus de 3 tonnes de styrènes se seraient déversée dans l’usine chimique. Ce qui explique sans doute le bilan élevé, bien que provisoire. A l’heure où nous mettons en ligne, les responsables de la National Disaster Response Force (NDRF, l’équivalent indien de la Protection civile) déplorent 11 victimes et 1.000 personnes intoxiquées. Une centaine ont été hospitalisées.

L’accident a suscité beaucoup de réactions localement. Le gouvernement de l’Andhra Pradesh promet des aides aux victimes, comprises entre 12.000 et 120 euros, selon la gravité des séquelles.

Le 3 décembre 1984, la fuite de 40 tonnes d’isocyanate de méthyl, dans l’usine chimique Union Carbide (groupe Dow Chemical) de Bhopal, avait intoxiqué plus de 250.000 personnes, dont plusieurs milliers n’ont pas survécu.