Grasse, la ville qui fait de la place aux fleurs

Le 09 novembre 2018
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Jadis florissante, la culture grassoise de la fleur à parfum relève la tête.
Jadis florissante, la culture grassoise de la fleur à parfum relève la tête.
DR

 

La mairie a reclassé 21% du territoire communal en surfaces agricoles.


Ce n’est pas tous les jours qu’un plan local d’urbanisme (PLU) d’une ville azuréenne, densément peuplée de surcroit, réduit l’urbanisation au profit de l’agriculture. C’est pourtant ce que vient de faire le conseil municipal de Grasse (06), en adoptant, mardi, le nouveau PLU de la commune.

Le document administratif quintuple ses surfaces agricoles et libère près d'une centaine d'hectares de terrains viabilisés ou promis au béton pour les convertir notamment en champs de plantes à parfum.

70 hectares déjà sanctuarisés

Le PLU a reclassé 21% du territoire communal en surfaces agricoles, contre 4% auparavant: des droits à bâtir ont été gelés et des zones naturelles reclassées, a précisé à l'AFP Nathalie Campana, directrice générale adjointe de l'urbanisme de Grasse. Les surfaces agricoles passent de 178 à 928 hectares, dont 70 d'ores et déjà sanctuarisés pour de la plante à parfum. «Parallèlement, la mairie travaille avec la chambre d'agriculture pour restituer des terres aux cultures de plantes à parfum et faciliter l'installation de jeunes agriculteurs», a-t-elle précisé.

une production qui relève la tête

Jadis florissante, la culture de la plante à parfum a pratiquement disparu à Grasse. On y a récolté jusqu'à 1.600 tonnes de rose Centifolia et 2.000 tonnes de jasmin Grandiflorum en 1939. Trois décennies plus tard, la cueillette atteignait à peine 300 tonnes par an. En 2017, la production de roses a repassé la barre des 80 tonnes pour 49 hectares cultivés et atteint 11,5 tonnes pour le jasmin (5 à 7 hectares cultivés), selon des chiffres de Prodarom, le syndicat national des fabricants de produits aromatiques, cités par la mairie.
 


POUR ALLER PLUS LOIN

 Dans la même rubrique

Pollution sonore: les coccinelles n’aiment pas le rock 
17/07/2018

Nouvelle alerte à la sécheresse 
25/07/2018

Error PDO: SQLSTATE[HY000] [2013] Lost connection to MySQL server at 'reading authorization packet', system error: 0