Grandes manœuvres autour de l’électricité verte néerlandaise

Le 18 janvier 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Vattenfall construit aux Pays-Bas les premiers champs éoliens marins sans subvention.
Vattenfall construit aux Pays-Bas les premiers champs éoliens marins sans subvention.
Vattenfall/Ben Barden

 

Les géants de l’énergie se disputent l’électricité verte aux Pays-Bas.

 

Jeudi 17 janvier, Vattenfall a annoncé l’acquisition de l’énergéticien néerlandais Delta Energie. Basée en Zélande (sud des Pays-Bas), Delta alimente 170.000 clients en électricité et en gaz produits par des énergies renouvelables et de la biomasse. Le montant de la transaction n’a pas été rendu public.

Aux Pays-Bas, l’énergéticien public suédois possède déjà l’entreprise de service énergétique Feenstra (800.000 clients) et Powerpeers, une plateforme d’échange entre particuliers d’électricité photovoltaïque.

3 milliards d'euros

Toujours dans le royaume de Willem-Alexander, Shell et le fonds d’investissement néerlandais PGGM ont annoncé leur intention d’acheter Eneco. Le producteur et distributeur d’électricité verte appartient à 53 communes néerlandaises (dont Rotterdam et La Haye) qui ont annoncé, fin 2018, leur intention de céder l’entreprise pour un prix global qui pourrait atteindre les 3 milliards d’euros.

Eneco dessert 2 millions de clients, dont 1,1 million en Belgique. Total serait également sur les rangs. La mise aux enchères devrait être organisée au printemps prochain.