Grand emprunt: 3 actions "développement durable" validées

Le 23 juillet 2010 par Thérèse Rosset
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Mercredi 21 juillet, le Comité interministériel sur les dépenses d’avenir (le « grand emprunt »)- a validé les 10 dernières conventions entre l’Etat et les opérateurs chargés de l’octroi des fonds, révèle un communiqué du même jour. Chacune décline le programme d’investissement et définit les modalités de sélection des projets.

Trois conventions concernent l’énergie et le développement durable, pour un investissement avoisinant les 3 milliards d’euros. Le « grand emprunt », proposé par la Commission Juppé/Rocard en novembre 2009 s’élève au total à 35 milliards d’euros. (voir JDLE du 14 décembre 2009 et JDLE du 10 février 2010)

L’action sur le nucléaire de 4 ème génération a été validée. Les 651 millions d’euros investis permettront au Centre d’énergie atomique (CEA) de conduire des études de conception d’un prototype industriel de réacteur à neutrons rapides, refroidi au sodium de 4 ème génération. A ce titre, le programme ASTRID mettra à disposition les éléments nécessaires au déploiement industriel de ces réacteurs à partir de 2040. En ligne de mire, le maintien de l’avance de la France dans le secteur du nucléaire civil.

Un milliard d’euros a été alloué à la Caisse des dépôts et consignations (CDC) pour mener l’action « ville de demain », destinée à la lutte contre le réchauffement climatique. Il s’inscrit dans l’objectif global de réduction des émissions de gaz à effet de serre (à diviser par 4 d’ici 2050 par rapport à 1990). Ce programme a pour objet de soutenir l’investissement dans les villes s’inscrivant dans la démarché Eco-cité.Au moyen de prises de participation, subventions et bonifications de prêts.

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), autre opérateur, se voit attribuer 1 milliard d’euros pour mener à bien l’action « véhicule du futur ». Ce programme vise à accélérer l’innovation et le déploiement de technologies de mobilité terrestre et maritime « sobres ».But de l’opération: dégager des gains significatifs de consommation, diminuer les rejets de gaz à effet de serre, tout en améliorant la sécurité et la sûreté.

Le chef du gouvernement, François Fillon, a demandé que tous les appels à projets soient lancés d’ici la fin de l’année. S’ouvrira ensuite la phase de sélection des projets et de mise en œuvre des « investissements d’avenir ».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus