Gouvernement recherche démonteurs de portiques d’écotaxe

Le 22 avril 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
160 portiques à enlever
160 portiques à enlever

Evaluée à environ un milliard d’euros, la facture de l’abandon de l’écotaxe se précise peu à peu. En témoigne l’appel d’offres pour le démantèlement des portiques, lancé fin février, en toute discrétion, par le ministère de l’écologie.

Publié au Bulletin officiel des annonces des marchés publics, cet appel d’offres est relatif à «la dépose, au transport et au stockage des dispositifs mis en place dans le cadre de l’écotaxe». Comprendre les 163 portiques, dont certains ont déjà été incendiés en Bretagne et en Poitou-Charentes, mais aussi les 230 bornes placées au bord des routes, les 718.000 boîtiers qui devaient être embarqués à bord des poids lourds, les armoires des contrôles automatiques, les balises, les panneaux de signalisation et autres centres informatiques… Les amateurs ont jusqu’au 30 avril pour se manifester.

Selon Europe 1, le démontage des seuls portiques pourrait coûter 1,6 M€, sans compter la facture de la remise en état. Les portiques de l’écotaxe ne seront donc pas recyclés. Le gouvernement avait imaginé un temps les réutiliser comme radars. La maire de Paris, Anne Hidalgo, avait également manifesté son intérêt d’affecter les 4 portiques du boulevard périphérique au contrôle de son plan anti-pollution qui doit entrer en vigueur d’ici 2020.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus