God save the Wind

Le 11 septembre 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Bientôt des turbines de 15 MW?
Bientôt des turbines de 15 MW?
Dong Energy

Londres vient de donner son feu vert à trois nouveaux projets de méga parcs éoliens marins. En deux ans, le tarif d’achat garanti de l’électricité produite par les aérogénérateurs offshore a baissé de moitié. De quoi affaiblir la rentabilité des projets de centrales nucléaires?

 

L’éolien marin britannique n’en finit pas de casser ses prix. Certains observateurs estiment que cette évolution menace l’économie même du projet de centrale nucléaire à Hinkley Point. Ce lundi 11 septembre, le gouvernement britannique a désigné les opérateurs de parcs éoliens offshore qui bénéficieront de subventions publiques, via le contrat pour différence[1].

Prix garanti

Trois projets ont été retenus par le ministère de l’économie, de l’énergie et de la stratégie industrielle: Triton Knoll, Hornsea 2 et Moray. Porté par Statkraft (un électricien norvégien), le premier prévoit la mise à l’eau d’une centaine de turbines de 8 mégawatts (MW). Le prix d’achat garanti pendant les 15 premières années d’exploitation est de 74,75 livres le MWh (82 euros/MWh): près de trois fois moins que les prix que devraient pratiquer les exploitants des futurs parcs éoliens français.

Le plus beau n’est pas là. Car les deux autres projets, Hornsea 2 (porté par Dong Energy) et Moray (consortium EdP-Engie) promettent d’injecter du courant à 57,5 £/MWh (63,1 €/MWh) pendant les 15 premières années d’exploitation des parcs. Les records des prochains parcs éoliens allemands ne sont pas encore battus.

3,2 GW

Ces installations, qui commenceront à produire en 2021, en imposeront par leur gigantisme. La puissance installée de Triton Knoll devrait atteindre 860 MW, contre 950 MW pour Morey et 1.386 MW pour la seconde tranche de Hornsea: de quoi alimenter plus de 3 millions de foyers. De quoi aussi, a rappelé le ministre de l’énergie Richard Harrington, attendre plus de 17 Md£ d’investissement d’ici à 2023.

Dans ces deux derniers cas, le consortium EdP-Engie et Dong Energy prévoient de mettre en batterie des turbines géantes, dont la puissance unitaire pourrait atteindre 15 MW: deux fois plus importante que le plus puissant des aérogénérateurs actuellement sur le marché. En avril dernier, Bent Christensen, de Siemens, confirmait que le géant allemand travaille à la mise au point de super éoliennes, sans être capable d’en estimer la puissance.

Mini nuke. Selon The Telegraph, le gouvernement britannique pourrait prochainement lancer un programme de petites centrales nucléaires. D’une capacité unitaire inférieure à 300 MW, ces petits réacteurs seraient beaucoup plus rapides à construire que l’EPR. Leur coût de production avoisinerait la soixantaine de livres/MWh. Rolls-Royce, NuScale, Hitachi et Westinghouse seraient sur les rangs.

Au Royaume-Uni, la dernière sélection gouvernementale ne plaît pas à tout le monde. «Les résultats d’aujourd’hui montrent que l’éolien terrestre et marin sont désormais moins chers que le nucléaire ou le gaz», se réjouit Hugh McNeal, patron de Renewable UK, le lobby britannique des énergies renouvelables. Et de fait, le prix garanti à l’éolien offshore a été divisé par deux en deux ans[2]. Mieux, il est désormais un tiers moins cher que celui octroyé à EDF Energy pour la production de sa future centrale de Hinkley Point C.

L’électricien rappelle que les turbines ne tourneront, au mieux, que 40% du temps, contrairement aux deux EPR du Somerset. Il espère aussi qu’avec l’affaiblissement de la livre face à l’euro, le coût des éoliennes (dont la plupart des composants seront importés) grimpe fortement dans les prochaines années, obérant d’autant la rentabilité des trois projets.

 


[1] Dans le système britannique, le contrat pour différence prévoit que l’exploitant d’une centrale produisant une électricité décarbonée (nucléaire ou renouvelable) perçoive une rémunération fixe, pendant une période fixée contractuellement (15 ans pour l’éolien offshore, 35 ans pour le nucléaire).

[2] Le prix garanti était de 117,4 £/MWh en 2015.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus