Glyphosate: les eurodéputés disent non à Bruxelles

Le 23 mars 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Prochaine étape, la session plénière mi-avril
Prochaine étape, la session plénière mi-avril

La Commission européenne ne doit pas renouveler l’autorisation du glyphosate, a estimé mardi 22 mars la commission environnement du Parlement européen. De plus, elle doit publier l’ensemble des études sur lesquelles se base l’autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa).

C’est un nouveau coup dur pour le glyphosate, mais surtout pour la Commission européenne et l’Efsa, partisanes de renouveler son autorisation pour une durée de 15 ans. Mardi 22 mars, les eurodéputés de la commission environnement ont à leur tour pris parti contre le glyphosate.

Adoptée à 38 voix pour, 6 contre et 18 abstentions, leur résolution, qui n’a aucun caractère contraignant, demande à la Commission européenne de ne pas renouveler l’autorisation du produit, et de fixer un agenda pour évaluer les coformulants à interdire. Elle appelle Bruxelles à une évaluation «indépendante» des effets carcinogènes et perturbateurs endocriniens –sans mentionner l’Efsa.

Début mars, les experts du comité permanent des végétaux, des animaux, des denrées alimentaires et des aliments pour animaux (CP PAFF) de la Commission ont reporté le vote à avril ou mai, sachant qu’ils n’obtiendraient pas de majorité qualifiée dans un sens ou dans l’autre.

Le sujet est hautement polémique, et a conduit deux organismes scientifiques à s’écharper: d’une part le Centre international de recherche sur le cancer (Circ, branche cancer de l’Organisation mondiale de la santé), qui en mars 2015 a jugé l’herbicide probablement cancérigène; d’autre part l’Efsa, qui juge ce risque improbable, s’attirant de nouvelles foudres associatives.

Publier les données

Encore plus dérangeant pour Bruxelles, les eurodéputés demandent en outre que soient rendues publiques l’ensemble des études sur lesquelles repose l’avis de l’Efsa, dont plusieurs d’entre elles sont couvertes par le secret industriel.

C’est là l’un des chevaux de bataille des associations, en particulier du Corporate Europe Observatory (CEO), qui a déjà essuyé un refusé de l’Efsa. Une autre demande est en cours: en cas de refus, l’association envisage de porter plainte auprès de la Cour de justice de l’UE (CJUE).

Après la commission environnement, la résolution devrait être soumise lors de la prochaine session plénière du Parlement, qui se tiendra du 11 au 14 avril. Si le groupe est soutenu par l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates (S&D), la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (GUE/NGL), les Verts/Alliance libre européenne, il a rallié des députés d’autres groupes, notamment de l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ALDE) et des Conservateurs et réformistes européens (ECR).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus