Gironde: un site pour apprendre à économiser l'eau

Le 02 juin 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le département de la Gironde doit économiser les eaux prélevées des nappes profondes, elle a donc réalisé un site internet permettant d'aider industriels et collectivités locales à réduire leur consommation.

Le Schéma d'aménagement et de gestion des eaux (Sage) de la Gironde et le Syndicat mixte d'études pour la gestion de la ressource en eau du département de la Gironde (Smegreg) ont mis en ligne la semaine dernière un site internet pour apporter des solutions d'économie d'eau aux particuliers, aux collectivités locales, mais aussi aux industries. Cette action fait partie d'un ensemble d'initiatives pour préserver les nappes profondes. Le Sage espère réduire la consommation de 15 millions de mètres cubes (m3) par an sur sept à huit ans, soit 10% des prélèvements annuels.

«Les informations à destination des industriels ne sont pas des recettes comme nous pouvons en donner aux collectivités locales, mais des exemples concrets. La valeur de l'eau dans le processus de production diffère selon les industries, d'où des actions spécifiques», explique Bruno de Grissac, directeur du Smegreg. Pour le moment, seule une initiative a été mise en ligne, il s'agit de celle d'une industrie de traitement de surface qui a réduit sa consommation d'eau de 20.000 à 2.000 m3 par an. Elle a optimisé son processus de production, recyclé ses bains et récupéré ses eaux pluviales. Deux ou trois autres expériences industrielles devraient bientôt figurer sur le site, le temps de vérifier les informations fournies.

Le prélèvement des industriels dans les nappes profondes ne représente que 9% du total de la consommation, 17% étant utilisés pour l'agriculture et 64% pour l'alimentation en eau potable. «Mais en réalité, la part des industries est plus importante, car certaines prélèvent dans le réseau d'eau potable, sans compter le secteur tertiaire», poursuit Bruno de Grissac. Pour les collectivités locales, il est conseillé dans un premier temps de réaliser un suivi des consommations pour identifier les fuites, et de sensibiliser le personnel. D'autres outils comme l'installation de matériel permettent des économies. «Le retour sur investissement est souvent obtenu en moins de six mois», affirme le directeur du Smegreg.

Le prélèvement des nappes profondes a augmenté en raison de la croissance démographique et ce malgré une réduction des ratios annuels par famille, liée notamment à une amélioration de l'habitat et de l'électroménager. En outre, le Sage a engagé une opération pour améliorer les réseaux publics et par conséquent localiser les fuites, et développer les actions pédagogiques en milieu scolaire. «Si on ne parvient pas à réduire la consommation, nous devrons débourser 150 millions d'euros pour créer de nouveaux captages et des moyens de transport d'eau. Nous ferons de toute façon quelques travaux car, malgré ces mesures, il nous faudra économiser 15 millions de m3 supplémentaires», conclut Bruno de Grissac.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus