Gilly-sur-Isère: impact sanitaire de l’incinérateur

Le 12 décembre 2006 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Selon une étude de l'Institut de veille sanitaire (InVS), l'exposition aux dioxines émises par l'incinérateur de Gilly-sur-Isère (Savoie) est susceptible d'être à l'origine d'une dizaine de cancers dans la zone étudiée d'ici environ 2015. La population concernée, 48.000 habitants répartis sur 30 communes, a été informée des résultats de ces travaux le 2 décembre, à Albertville.

L'InVS a parallèlement publié les résultats de trois autres études menées sur la zone exposée au panache de l'incinérateur, fermé depuis octobre 2001 en raison de fortes concentrations en dioxines mesurées dans les fumées qui s'en échappaient. Une autre étude ne montre pas d'influence de l'incinérateur sur la concentration en dioxines dans le lait. La concentration moyenne en dioxines dans le lait maternel de la zone étudiée entre 2003 et 2006 est significativement inférieure à celle obtenue au niveau national en 1998 et 1999. D'autres travaux n'ont pas permis d'émettre l'hypothèse du rôle de l'incinérateur sur la mortalité par cancer dans la zone exposée.

Enfin, aucun excès statistiquement significatif de cancers n'a été constaté, ni sur la zone exposée au panache, ni sur une sous-zone plus exposée d'après l'étude sur la survenue des cancers. A l'échelle nationale, l'étude sur les cancers autour des incinérateurs dont les résultats ont été publiés le 30 novembre (1) montrait un excès significatif de certains cancers pour les populations exposées aux panaches de 16 incinérateurs dans les années 1970-1980.

(1) Voir l'article du JDLE «Fumées d'incinération et santé»






A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus