Giec: les candidats à la présidence se pressent au portillon

Le 26 février 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le climatologue suisse Thomas Stocker pourrait se lancer dans la course à la présidence du Giec.
Le climatologue suisse Thomas Stocker pourrait se lancer dans la course à la présidence du Giec.
Université de Bern

Déjà une demi-douzaine de climatologues postulent à la présidence du Giec.

La démission surprise du président du Groupe international d’experts sur l’évolution du climat (Giec), mardi 24 février, a accéléré la campagne électorale. L’élection des membres du prochain bureau de l’institution onusienne doit en principe se dérouler au mois d’octobre. Las, le départ soudain de Rajendra Pachaury oblige ses successeurs putatifs à sortir du bois.

Le premier est bien connu des lecteurs du JDLE. Officiellement soutenu par le gouvernement belge, le climatologue Jean-Pascal van Ypersele a fait acte de candidature dès la mi-février. Spécialiste des la simulation des changements climatiques à l’université catholique de Louvain, il devra affronter de nombreux compétiteurs.

A commencer par Ismail Abdel Rahim El Gizoul. D’origine soudanaise, cet apparatchik –il est présent depuis 18 ans dans l’organisation-, a été bombardé, en début de semaine, à la présidence de la 41e session de l’organisation, qui se tient à Nairobi (Kenya) jusqu’à vendredi. C’est au cours de cette conférence que doit être esquissée la stratégie de l’institution, à l’aune des négociations préalables à la COP 21.

Autre impétrant: Ottmar Edenhofer. économiste en chef de l’institut de recherche sur les impacts du climat de Postdam (PIK), ce professeur d’économie du climat a beaucoup influé sur la rédaction du rapport Stern. Ce Bavarois de 56 ans dirige aussi le groupe trois du Giec (atténuation des effets des changements climatiques).

Directeur du département d’écologie globale de l’institut Carnegie, Chris Field co-préside le second groupe de travail du Giec. Il a également participé à la rédaction du rapport spécial que le Giec a consacré aux événements extrêmes.

Soutenu par le gouvernement autrichien, Nebojsa Nakicenovic affiche un tout autre profil. Prospectiviste (sur les questions de mobilité, de technologies de l’information et d’énergie), le numéro deux de l’IIASA est l’un des nombreux auteurs des troisième et quatrième rapports du Giec.

Climatologue prolifique (plus de 180 publications à son actif), Thomas Stocker enseigne et conduit des recherches à l’université de Bern. Docteur honoris causa de l’université de Versailles, il est l’un des co-présidents du premier groupe de travail de l’organisation onusienne (physique du changement climatique).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus