Gérard Bapt réclame l'interdiction du Cruiser

Le 23 mai 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Gérard Bapt.
Gérard Bapt.

Le député PS de Haute Garonne, président du groupe Santé environnementale dans l'Assemblée sortante, demande, dans des lettres ouvertes à Stéphane Le Foll (agriculture) et Nicole Bricq (écologie), l'interdiction de l'insecticide Cruiser (groupe suisse Syngenta).

«Les pesticides de la famille des néonicotinoïdes étaient déjà reconnus comme létaux pour les abeilles et d'autres insectes pollinisateurs exposés à des doses reconnues scientifiquement», rappelle le député socialiste.

«Mais des travaux scientifiques récents, de plus en plus nombreux, montrent désormais que ces substances chimiques seraient susceptibles d'effets chroniques importants sur les colonies d'abeilles, à des doses largement inférieures aux doses létales prises en compte par la réglementation», poursuit le député, citant deux études françaises (voir JDLE).

Il estime donc que l'évaluation réglementaire actuelle est inadaptée, puisqu'elle ne prend pas en compte les effets chroniques à très faibles doses. «Je pense que les études récentes doivent conduire à la suspension de l'autorisation du Cruiser et d'une manière plus large au questionnement de l'ensemble des produits de la famille des néonicotinoïdes», indique Gérard Bapt.

A la suite de nouvelles études, le précédent ministre de l'agriculture, Bruno Le Maire, avait demandé en mars au comité d'experts spécialisé sur les produits phytosanitaires de l'Agence de sécurité sanitaire de l'environnement (Anses) de réexaminer d'ici fin mai la question de l'autorisation du Cruiser.

L'Union nationale de l'apiculture française (Unaf) avait estimé alors qu'attendre fin mai pour prendre une décision serait trop tardif par rapport au calendrier de commande des graines de colza. «Le temps n'est plus aux études mais à l'action politique courageuse», affirmait le syndicat des apiculteurs.

Selon l'ONU, la mortalité des abeilles est en progression et pourrait avoir de graves conséquences sur la production alimentaire puisque la plupart des plantes, cultivées ou non, sont pollinisées par des abeilles.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus