Géothermie: la haute température commence à 110°

Le 20 mars 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un forage pour un gîte géothermique.
Un forage pour un gîte géothermique.
BRGM

Le seuil de température à partir duquel un permis d’exploration ou d’exploitation est abaissé, pour permettre à des projets d’entrer dans le champ juridique de la géothermie profonde. Une adaptation réglementaire nécessaire pour coller à l’évolution technologique du secteur.

Pour stimuler les projets de géothermie, un projet de décret visant à modifier le seuil de la température qui détermine le régime juridique auquel sont soumises les phases d’exploration et d’exploitation des gîtes géothermiques vient d’être mis en consultation. Désormais, tous les projets dont les fluides atteignent la température de 110° (au lieu de 150°) seront considérés comme entrant dans le champ de la géothermie profonde.

Permis renouvelable de 3 ans

Cette réforme part d’un constat: des projets portant sur la géothermie à basse température (compris entre 30° et 150°) sont aujourd’hui abandonnés, faute de pouvoir poursuivre les travaux de recherches au-delà des 3 ans du permis, puisqu’il n’est pas renouvelable. Avec le changement de régime, un renouvellement du titre sera désormais possible.

Gîtes moins chauds

Il était temps d’adapter cette réglementation, dont les grands principes ont été posés en 1978. «Il était temps que la réglementation s’adapte à l’évolution technique. A l’époque, on pensait surtout faire de la haute température dans les régions volcanique, explique Axel Richard, chargé de mission géothermie au syndicat des énergies renouvelables. Aujourd’hui, il existe une vingtaine de permis en France métropolitaine qui permettent de faire des centrales avec des gisements moins importants et moins chauds.»

Dynamiser le secteur

«Cette modification permettra de dynamiser la recherche géothermique dans des zones jusque-là méconnues, d’avoir une meilleure connaissance du sous-sol et de s’adapter aux réalités technologiques et industrielles d’aujourd’hui», espère le ministère de l’environnement.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus