Géothermie: gros potentiel, sous-développement

Le 01 août 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L'énergie tirée de sources géothermiques ne représente actuellement que 1% dans le monde, alors que le facteur de capacité (1) de cette énergie renouvelable (EnR) est supérieur à 70%, loin devant celui du solaire et de l'éolien (respectivement de 20 et 35% environ, plus de 40% pour l'éolien off-shore).

Selon la société de conseil Frost & Sullivan, seule une vingtaine de pays développent des projets géothermiques. La faute aux coûts élevés d'installation et de forage, qui devraient baisser, prévoit la société. De 50 à 150 euros par mégawattheure en 2005, les coûts de production de l'électricité devraient passer à 40-100 euros par MWh en 2010, puis 40-80 MWh en 2020.

Islande, France, Italie, Grèce, Turquie, Allemagne, Italie et Autriche sont les principaux pays européens à avoir développé cette EnR. Le premier lui permet de chauffer 85% des maisons et de représenter 30% de l'électricité produite. Le second dispose de deux centrales en exploitation: l'une à Bouillante (Guadeloupe) de 14,7 mégawatts (MW)  et l'autre à Soultz-sous-Forêts (Bas-Rhin) (2), d'une capacité de 1,5 MW. Quant à l'Italie, sa capacité de production devrait atteindre 1.500 MW d'ici 2020.



(1) Rapport exprimé en pourcentage de la production d'énergie enregistrée pendant une certaine période sur la production nominale totale théorique pour la même période. Plus ce rapport est élevé, plus la production d'électricité par mégawatt de capacité est importante

(2) Voir l'article du JDLE «Géothermie: inauguration d'une centrale franco-allemande»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus