Géo-ingénierie : le retour?

Le 07 décembre 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg, envoyé spécial
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une installation de 3,6 km de long pour aspirer un MtCO2/an.
Une installation de 3,6 km de long pour aspirer un MtCO2/an.
Carbon Engineering

Lundi soir 7 décembre, le comité de Paris entendait les premières conclusions des ministres facilitateurs. Parmi les plus attendus: James Fletcher (ministre du développement durable de Sainte-Lucie) et Tine Sundtoft (ministre du climat de Norvège), les animateurs du groupe de travail dédié à l’ambition.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les discussions n’ont pas encore abouti. James Fletcher a égrainé toutes les propositions qui sont encore sur la table: neutralité carbone mondiale, décarbonation de l’économie à la fin du siècle, objectif zéro émission.

Une technologie financée par Bill Gates

Aucune solution technique n’est, pour l’heure, à l’ordre du jour. Ce qui fait craindre à de nombreux observateurs présents à la COP 21 la possibilité de voir resurgir des projets que l’on croyait enterrés depuis longtemps. Et particulièrement les technologies de géo-ingénierie.

En Colombie britannique (Canada), Carbon Engineering achève la construction d’un aspirateur à CO2 atmosphérique. Energivore[1], le prototype est supposé capter le gaz carbonique de l’air, le séparer et produire du CO2 pur, utilisable par l’industrie -pétrolière par exemple-, ou injectable dans des structures géologiques étanches (séquestration géologique).

En partie financée par Bill Gates, cette technologie laisse rêveur, tant elle semble inefficace. Selon les propres calculs de son concepteur, David Keith (université de Harvard), il faudrait mettre en batterie une installation de 3.600 mètres de long sur 20 m de haut pour espérer collecter 1 million de tonnes de CO2 par an. Deux semaines suffisent à une centrale thermique à charbon, comme celle de Drax au Royaume-Uni, pour rejeter 1 Mt de gaz carbonique.

 



[1] L’installation consomme 100 kilowattheures pour extraire une tonne de CO2.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus