GCO: les travaux préparatoires continuent, les procès aussi

Le 28 novembre 2018 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le GCO en 2020?
Le GCO en 2020?
DR

Nouvelle défaite judiciaire pour les opposants au Grand contournement Ouest de Strasbourg, qui espéraient faire stopper les impressionnants travaux de déboisement en cours. D’autres recours sont à venir.

C’est un coup dur pour ses opposants, mais pas le dernier épisode judiciaire de la saga GCO. Le tribunal administratif (TA) de Strasbourg a rendu ce 28 novembre deux jugements sur le fond sur la légalité de deux arrêtés de 2016; ceux-ci permettaient à la société Arcos de déroger aux interdictions au titre des espèces protégées pour réaliser les travaux préparatoires à l’autoroute de 32 kilomètres qui doit ceindre la capitale alsacienne à l’horizon 2020. Des travaux déjà largement entamés malgré les escouades d’opposants mobilisés entre champs et forêts, puisque de lourdes opérations de déboisement ont lieu depuis mi-septembre. Le chantier va pouvoir se poursuivre, car le TA a rejeté les deux recours.

D’autres recours à venir

A rebours des conclusions de la rapporteure publique, rendues deux semaines plus tôt, les trois juges ont estimé que «le fractionnement dans le temps entre les travaux préparatoires en cause et les travaux définitifs s’avère justifié au regard de l’objet même de ces travaux préparatoires destinés notamment, par la réalisation de sondages géotechniques, à arrêter avec précision le tracé du projet autoroutier et l’emplacement de ses ouvrages annexes». Ce qui promet d’autres recours contre les arrêtés qui seront délivrés pour réaliser les travaux à venir. D’autres dossiers sont sur le feu judiciaire: un référé suspension pour la construction du viaduc de Kolbsheim, le jugement sur le fond (suspensif) sur les travaux de l'échangeur Nord du GCO, la prorogation de la déclaration d’utilité publique et le pourvoi en cassation contre l’autorisation unique délivrée par un certain Nicolas Hulot.

Urgence climatique

Cette décision intervient quelques jours après que 6 militants ont cessé une grève de la faim entamée trois semaines plus tôt. A la pénibilité physique d’une telle épreuve s’était ajoutée une séance ubuesque de déshabillage en public, devant les caméras, pour faire taire des rumeurs venant de la préfecture selon lesquelles les grévistes s’alimenteraient en cachette. Cette décision, enfin, intervient après quantité de décisions de justice jugées «incompréhensibles» par les opposants et dans un contexte de proclamations climatique de la part des autorités qu’une énième autoroute rend dérisoires. «Plus que jamais (…) nous poursuivrons l’opposition à ce projet. Non seulement au titre du nécessaire combat contre le changement climatique, pour apporter des solutions à la mobilité quotidienne des citoyens, pour enrayer la 6e extinction de la biodiversité, mais aussi pour que le fonctionnement démocratique de notre pays regagne ses lettres de noblesse», a annoncé Alsace Nature dans un communiqué.

 

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus