GB: les victimes plus nombreuses dans les BTP

Le 14 octobre 2004 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le Congrès des syndicats britanniques montre dans une compilation de travaux que les salariés du bâtiment et des travaux publics sont davantage victimes d'accidents du travail que dans d'autres professions.

Être un employé du bâtiment et des travaux publics augmente les risques d'être victime d'accident du travail ou de maladies professionnelles selon le Trade Union Congress (TUC), le Congrès des syndicats britanniques.

Le TUC affirme en effet grâce à une compilation de données que les salariés des BTP, au nombre de 1,58 millions, représentent 6% de la main d'oeuvre britannique mais 30% des accidents du travail. Les risques de décès dans cette profession sont cinq fois plus élevés que dans les autres secteurs d'activité et l'éventualité de contracter une maladie est deux fois plus grande que la moyenne des employés.

En 2001-2002, les accidents et les maladies professionnelles ont coûté entre 960 millions et 2,7 milliards d'euros aux entreprises de construction, selon le Bureau britannique pour la santé et la sécurité, le Health and safety executive (HSE).

Chaque année, ce sont quelques 600 travailleurs du BTP, actifs ou à la retraite, qui meurent de pathologies suite à une exposition à l'amiante. L'amiante tue en fait 5.000 personnes par an en Grande-Bretagne des suites de cancers du mésothélium, des poumons, de la gorge ou de l'estomac, ce qui signifie 13 morts par jour! Les prévisions de 2010 sont encore plus sombres. A cette date, ce sont 10.000 Britanniques qui mourront chaque année d'une maladie de l'amiante, soit le double du nombre de morts à cause de l'insécurité routière.

D'après le TUC, 6 millions de tonnes d'amiante sont encore présents dans les écoles, les hôpitaux, les bateaux, les bureaux et les sites industriels.

Outre l'amiante, le TUC relève que les salariés du BTP sont victimes d'environ 1.000 électrocutions chaque année, dont 30 mortelles. 437 employés ont été tués sur des chantiers de construction dont 225 à cause de chutes de hauteur. Tomber d'un toit, d'une échelle ou d'une machine entraînent des accidents mortels ou des blessures irréversibles. Une campagne européenne de 2003 sur ce thème avait amené le HSE à arrêter près d'un quart des 1.500 chantiers pour insuffisance des conditions de sécurité. Les employés du bâtiment souffrent également de pathologies dues aux vibrations des machines, comme la maladie de Raynaud.

En Grande-Bretagne, plus de 300.000 personnes seraient concernées. Les salariés les plus affectés par les vibrations peuvent d'ailleurs bénéficier d'une indemnité.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus