GB: démantèlement des centrales nucléaires

Le 23 février 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

En Grande-Bretagne, le gouvernement veut faire du démantèlement des centrales nucléaires une opération concurrentielle pour en diminuer le coût. Une polémique a été lancée sur la capacité d'entreprises privées à démanteler les réacteurs en respectant la sûreté.

Selon le magazine anglais New Scientist, les conseillers en sûreté nucléaire du gouvernement britannique auraient de «sérieuses inquiétudes» concernant le démantèlement des centrales nucléaires par des entreprises privées. Le gouvernement britannique souhaite en effet que, sur les 20 sites qui vont prochainement attaquer la première phase de démantèlement, la moitié soit soumise d'ici 2008 à un appel d'offres. . Cette échéance de trois ans seulement apparaît difficile à concilier avec une prise en compte maximale de la sûreté. En outre, ces entreprises devraient faire face à des pressions financières fortes, ce qui pourrait augmenter les risques d'accidents. Toujours selon le New Scientist, le Comité consultatif sur la sûreté nucléaire (1) a exprimé ses craintes dans une note envoyée en juillet 2004 à Bill Callaghan, président de la Commission pour la santé et la sécurité (2). Celui-ci aurait prévenu en novembre Patricia Hewitt, secrétaire d'Etat du commerce et de l'industrie.

Le marché du démantèlement nucléaire apparaît juteux pour le secteur privé : son coût est évalué à 15% de celui de la construction, et ce, sur une période qui peut durer plusieurs décennies. Car le démantèlement, au sens large du terme, comprend la cessation de la production d'électricité, l'évacuation du combustible irradié, la décontamination des structures et de l'équipement, le démantèlement des installations, le transport des déchets radioactifs, et enfin l'assainissement des terrains contaminés. Les risques sont nombreux, liés entre autres à la gestion des déchets radioactifs, au vieillissement des installations, à la radioprotection, à l'inadéquation de la surveillance, à l'impact à long terme (sols et eaux pollués par exemple) etc.

la Commission européenne a d'ailleurs estimé nécessaire, le 26 octobre 2004, d'établir un cadre législatif européen pour les 60 réacteurs nucléaires qui vont être démantelés d'ici 2025, sur un total de 155 actuellement en exploitation. L'inquiétude provient cette fois non pas des entreprises sous-traitantes, mais de la capacité des producteurs à financer les démantèlements. «La commission considère comme essentiel de garantir que les ressources financières seront disponibles et adéquates pour faire face, le moment venu, aux coûts des opérations de démantèlement dans le respect d'un haut niveau de sûreté nucléaire.» Une directive devrait être publiée dans les prochains mois pour adopter des normes communes, inviter les Etats membres à mettre en place une autorité de sûreté nucléaire qui élabore une réglementation de la sûreté des installations et la contrôle, et obtenir des ressources financières des producteurs adéquates.



(1) Nuclear Safety Advisory Committee ou Nusac

(2) Health and safety commission ou HSC




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus