Gaz réfrigérant: Daimler perd un point

Le 11 mars 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Daimler risque de devoir changer de fluide réfrigérant pour les systèmes de climatisation de ces nouvelles voitures.
Daimler risque de devoir changer de fluide réfrigérant pour les systèmes de climatisation de ces nouvelles voitures.
Daimler

Nouvel épisode du feuilleton des gaz réfrigérants qui oppose le puissant groupe Daimler à l’Europe. Tout commence en 2006. Cette année, l’Europe publie la directive 2006/40/CE sur les émissions provenant des systèmes de climatisation des véhicules neufs à moteur.

Le texte interdit la réception, à partir du 1er janvier 2013 pour les nouveaux modèles, et à partir du 1er janvier 2017 pour les véhicules existants, de véhicules équipés de climatiseur dont le fluide de réfrigération a un pouvoir de réchauffement global (PRG) supérieur à 150.

La commissions promeut alors le 2,3,3,3-tétrafluoropropène. Plus connu sous son petit nom de R-1234yf, ce gaz, essentiellement produit par une co-entreprise entre Honeywell et DuPont, a un pouvoir de réchauffement global (PRG) de 4[1], contre 1.300 pour le R134a, le fluide de la climatisation auto appelé à disparaître.

Plus inflammable ou pas ?

Problème: en septembre 2012, Daimler estime que le substitut est plus inflammable que l’original, en cas de collision à haute vitesse, et refuse donc de l’utiliser dans ses nouveaux modèles. Malgré le caractère illégal de cette décision, Volkswagen suit son concurrent. Le gouvernement allemand leur donne l’absolution. Sans succès, la France tentera d’interdire l’accès aux routes tricolores de ces voitures allemandes toujours climatisées au R134a.

Les chimistes contredisent la thèse des deux constructeurs. La SAE International, association d’ingénieurs automobiles, confirme à deux reprises que les niveaux de risque d’inflammation entre les deux molécules sont équivalents.

Vendredi 7 mars, le centre commun de recherche (JRC) a rendu son verdict. Dans un rapport de 17 pages, le bras technique de l’Union européenne estime qu’il «n'y a aucune preuve d'un risque grave lié à l'utilisation de ce réfrigérant [le R-1234yf] dans les systèmes mobiles de climatisation dans des conditions d'utilisation normales et prévisibles».

Les conclusions de cette étude seront débattues lors du prochain comité technique automobile européen du 1er avril prochain. En attendant, les poursuites engagées par la Commission contre l’Allemagne continuent.



[1] Ce qui signifie que, sur un siècle, il contribue 4 fois plus que le CO2 à réchauffer le climat.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus